Orly: un pilote de Royal Air Maroc condamné pour avoir sciemment décollé avec une fuite de kérosène

Orly: un pilote de Royal Air Maroc condamné pour avoir sciemment décollé avec une fuite de kérosène

Publié le :

Jeudi 02 Novembre 2017 - 17:38

Mise à jour :

Jeudi 02 Novembre 2017 - 17:56
Un pilote de la compagnie Royal Air Maroc a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Créteil à une amende de 10.000 euros. Il avait mis en danger la vie de ses passagers en 2010 en décollant malgré une fuite de carburant dont il avait connaissance.
© Dennis Stone/Rex/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Son action aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Un pilote de la compagnie aérienne Royal Air Maroc a été condamné ce jeudi 2 à 10.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Créteil. En effet, l'homme avait mis en danger la vie de ses passagers en décollant lors qu'il savait que son appareil subissait une fuite de carburant.

Les faits s'étaient déroulés à l'aéroport d'Orly en août 2010. Le pilote avait fait décoller son avion direction de Casablanca au Maroc, alors que le personnel au sol, notamment des bagagistes, venait de l'avertir d'une avarie sur l'appareil. Il s'agissait une fuite de kérosène sur l'appareil, émanant d'un mini-moteur logé dans la queue de l'avion, et servant à allumer deux réacteurs situés sous les ailes.

Le commandant de bord avait pourtant choisi d'ignorer la mise en garde, estimant pour sa part que "la fuite était en train de se résorber d'elle-même". Fort heureusement le vol était arrivé à bon port et le voyage s'était déroulé sans incident. Ayant mis au courant sa compagnie de l'avarie, le pilote avait allumé les deux réacteurs de son appareil avec le mini-moteur en question. Un choix jugé "aberrant" selon une expertise judiciaire, même si ce dernier avait été coupé rapidement avant le décollage.  D'autant que comme le précise Le Parisien: "Les réacteurs pouvaient être lancés à l’aide d’un groupe de démarrage au sol, fourni par l’aéroport".

Près de 80 personnes avaient embarqués dans l'appareil à destination du Maroc. Le tribunal correctionnel l'a finalement condamné à une amende alors qu'était requis cinq ans d'interdiction de vol et dix mois de prison ferme.

Le tribunal avait requis une peine bien plus lourde contre ce pilote de Royal Air Maroc.


Commentaires

-