Pas-de-Calais: prison ferme pour avoir torturé un chien à mort

Liévin

Pas-de-Calais: prison ferme pour avoir torturé un chien à mort

Publié le :

Mardi 10 Juillet 2018 - 17:54

Mise à jour :

Mardi 10 Juillet 2018 - 17:56
Des hommes accusés d'avoir torturé et tué un chien ont été condamnés à de la prison ferme lundi au tribunal de Béthune dans le Pas-de-Calais. En mai dernier, un promeneur avait découvert le cadavre d'un chien couvert de coups de couteau.
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le verdict est tombé et les deux hommes accusés d'avoir torturé un chien à mort ont été condamnés à de la prison ferme lundi 9 au tribunal de Béthune dans le Pas-de-Calais. Ils ont écopé d'un an et neuf mois de prison, ils n'étaient pas propriétaires de l'animal.

Tout a commencé le 2 mai dernier lorsqu'un promeneur a découvert le corps sans vie d'un cane corso au pied d'un terril à Liévin. L'animal avait reçu huit coups de couteau sur les flancs et était transpercé par un pieu.

Les propriétaires du chien, un couple, et deux de leurs amis ont donc été jugés lundi et sommés de s'expliquer. Les faits se seraient déroulés lors d'une soirée ou les quatre protagonistes avaient consommé alcool et cocaïne.

A voir aussi: Deux huskys retrouvés morts, tués par la chaleur car enfermés dans une voiture

Un des amis du couple a expliqué être sorti avec le chien et son camarade, qui nie les faits, jusqu'au fameux terril. Là, comme l'a relaté La Voix du Nord, il a expliqué s'est absenté quelques instants pour "un besoin naturel".

C'est lorsqu'il est revenu sur les lieux qu'il a dit avoir trouvé le chien lardé de coups de couteau. Il a alors expliqué à la barre avoir simplement "abrégé ses souffrances".

Les propriétaires du chiens étaient eux poursuivis pour complicité d'abandon d'animal, puisqu'ils avaient demandé à leurs amis de s'en débarrasser. La femme avait en effet peur du cane corso prénommé Little Boy.

Le mari a été relaxé alors que sa femme a écopé de quatre mois de prison avec sursis accompagnés d'une mise à l'épreuve de 24 mois.

Pas moins de sept associations de protection des animaux s'étaient portées parties civiles. Elles ont toutes protesté contre les peines trop clémentes selon elles. Elles ont aussi souligné que le propriétaire de Little Boy avait déjà été condamné pour maltraitance sur ce chien par le passé.

Les deux bourreaux du chien ont été condamnés à de la prison ferme.

Commentaires

-