#PasDeVague: victime d'insultes racistes de ses élèves, la professeure est déboutée

#PasDeVague: victime d'insultes racistes de ses élèves, la professeure est déboutée

Publié le :

Jeudi 08 Novembre 2018 - 09:31

Mise à jour :

Jeudi 08 Novembre 2018 - 09:49
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le tribunal de Lyon vient de débouter mercredi une professeure qui poursuivait l'Etat et le rectorat, après des remarques racistes attribuées à plusieurs élèves dans son lycée professionnel de Bron.

La décision de la justice arrive alors qu'un mouvement de contestation est en cours au sein de l'Education nationale suite à l'opération #PasDeVague lancée sur les réseaux sociaux par des professeurs s'estimant peu soutenus par leur hiérarchie. En 2015, une enseignante du lycée à Bron a été victime d'insultes et caricatures racistes et antisémites de la part de certains de ses élèves et d'un professeur. Mercredi 7, le tribunal administratif de Lyon a rejeté la requête pour faute contre le rectorat déposée par la professeure.

Les faits ont eu lieu au lycée professionnel Tony Garnier, en banlieue lyonnaise, où la victime enseignait les mathématiques, la physique et la chimie. Entre décembre 2014 et juin 2015, des remarques sur ses origines, sa religion, sa consommation de porc avaient été lancées par plusieurs de ses élèves ainsi que des provocations sexistes et des slogans d'extrême droite. S'en étaient suivies des caricatures "d'un juif et d'un musulman criblés de balles" retrouvées dans la classe.  

Lire aussi - #PasDeVague: une enseignante victime de racisme dénonce sa hiérarchie

"Les élèves avaient seulement reçu un avertissement par le proviseur. Ce dernier avait proposé à la professeure de porter plainte mais avait refusé de suivre plus profondément l’affaire jugeant que la victime n’était pas sûre d’elle", précise LyonMag.

"Il ne résulte pas de l’instruction que le proviseur de ce lycée et la rectrice de l’académie de Lyon n’auraient pas pris des mesures suffisantes, adaptées à la gravité des faits dont Mme A. s’est estimée victime", a soutenu le tribunal administratif de Lyon dont le jugement était consultable. La justice a rejeté la requête de la professeure qui demandait condamnation de l'État, ainsi que 5.000 euros en réparation du préjudice moral qu'elle estimait avoir subi.

"La procédure aura cependant permis d’ores et déjà de faire reconnaître par le rectorat la matérialité des faits, c’est à dire le caractère raciste des actes dont a été victime notre collègue, caractère initialement nié par le rectorat", a fait savoir le CGT Educ'action dans un communiqué.

Voir:

L'Education nationale publie 4 circulaires détaillant des "recommandations" pour les enseignants

Violence à l'école: les profs critiquent des réponses inadaptées de l'Education nationale

Education nationale: un budget en hausse mais des suppressions de postes dans le secondaire

Le tribunal de Lyon vient de débouter mercredi une professeure qui poursuivait l'Etat et le rectorat, après des remarques racistes attribués à plusieurs élèves.


Commentaires

-