Polytechnique: un administrateur du CNRS aurait détourné près de 1,5 million d'euros

Polytechnique: un administrateur du CNRS aurait détourné près de 1,5 million d'euros

Publié le :

Jeudi 04 Janvier 2018 - 11:28

Mise à jour :

Jeudi 04 Janvier 2018 - 11:35
Un chercheur du CNRS est accusé de détournement de fonds publics. Selon le journal "Le Point", il aurait volé près de 1,5 million d'euros destinés à l'achat de matériels pour un laboratoire.
©CNRS/Facebook
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le suspect a reconnu les faits devant les forces de l'ordre. Un administrateur du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) est soupçonné d'avoir détourné près de 1,5 million d'euros en percevant des fonds publics destinés à l'achat de matériels pour le laboratoire de météorologie dynamique

"L'homme a été interpellé fin décembre 2017 par les gendarmes de la section de recherches (SR) de Paris dans le cadre d'une enquête sur des détournements de fonds publics", révèle ce jeudi Le Point. Placé en garde à vue par les enquêteurs du groupe d'intervention régional (GIR) de l'Essonne, en charge des investigations, il a reconnu l'ensemble des fiats qui lui sont reprochés.

Lire aussi - Les frères Bogdanov évoquent leur action en justice contre le CNRS

A également été interpellée une collègue de cet administrateur, de nationalité russe, qui a bénéficié d'un emploi fictif au sein du laboratoire de météorologie dynamique, implanté sur le site de l'École polytechnique à Palaiseau et placé sous la tutelle du CNRS. Outre ses salaires indus, elle a également "perçu des remboursements à l'occasion de déplacements et de missions fictives".

L'hebdomadaire souligne que les forces de l'ordre ont pu saisir "plusieurs biens immobiliers et une assurance-vie contractée par le suspect, à hauteur de 1,3 million d'euros".

Le CNRS, informé des faits par les forces de l'ordre, a immédiatement licencié le chercheur pour faute grave. Les deux suspects devraient rapidement être présentés à la justice en vue d'une future mise en examen.

L'administrateur du CNRS a reconnu les faits qui lui sont reprochés.


Commentaires

-