Rennes: des chasseurs jugés pour violences contre des militants anti-chasse à courre

Rennes: des chasseurs jugés pour violences contre des militants anti-chasse à courre

Publié le :

Mardi 16 Juillet 2019 - 10:39

Mise à jour :

Mardi 16 Juillet 2019 - 10:48
© LOIC VENANCE / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Cinq chasseurs à courre et suiveurs sont jugés ce mardi 16 à Rennes pour des violences contre des militants anti-chasse commises le 2 février dernier en forêt de Paimpont.

Les cinq prévenus encourent de lourdes condamnations: jusqu'à 5 ans de prison et 70.000 euros d'amende. Cinq chasseurs et suiveurs comparaissent ce mardi devant le tribunal de Rennes où ils devront répondre de violences à l'encontre de deux opposants à la chasse à courre commises le 2 février dernier en forêt de Paimpont (Ille-et-Vilaine).

A la date des faits, comme le rapporte France Bleu Armorique, des membres de l'association AVA (Abolissons la Vénerie aujourd’hui), mobilisés contre la pratique de la vénerie, se sont rendu à un rassemblement de chasseurs en forêt de Paimpont. Les militants se sont placés sur le parcours pour filmer la chasse et les veneurs, ce qui a mis le feu aux poudres dans un contexte déjà tendu.

Lire aussi - Chasse à courre: "pro" et "anti" à couteaux tirés dans les forêts

"Une jeune femme est d'abord attrapée et sa tête est mise à plusieurs reprises sous l'eau, dans une petite mare. Puis un homme, qui voulait aider la victime, est agressé, et son cou est serré de nombreuses fois selon le parquet de Rennes. Ces violences entraînent entre 15 et 30 jours d'interruption temporaire de travail pour ces militants", rapporte la radio.

Les auteurs présumés des faits, un retraité, un ancien militaire, deux agriculteurs et un ouvrier boucher, ont été convoqués à la gendarmerie plus d'un mois après les faits et ont été brièvement placés en garde à vue. Ils ont reconnu les faits . Ils sont poursuivis pour "violences volontaires en réunion ayant entraîné plus de huit jours d’ITT".

"Quand vous êtes provoqués un certain nombre de fois vous pouvez peut-être en arriver aux mains", a estimé leur avocat.

L'audience débutera à 14h, des militants anti-chasse à courre mais également des chasseurs prévoient de se réunir devant le tribunal correctionnel de Rennes.

Voir:

Chasse à courre: si, les animaux pourront encore être tués en ville

Un séjour découverte de la chasse à courre pour s'opposer aux "préjugés"

Propositions de loi contre la chasse à courre: quelles avancées?

Les chasseurs encourent 5 ans de prison et 70.000 euros d'amende.


Commentaires

-