Un policier de 52 ans se suicide dans le commissariat de Montluçon

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Un policier de 52 ans se suicide dans le commissariat de Montluçon

Publié le 13/02/2018 à 12:42 - Mise à jour à 12:59
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un policier âgé de 52 ans a été retrouvé mort lundi dans les vestiaires du commissariat de Montluçon (Allier). D'après les premiers éléments de l'enquête, il se serait donné la mort avec son arme de service.

Ses collègues sont sous le choc. A Montluçon (Allier), un policier a été retrouvé mort lundi 12 dans les vestiaires du commissariat de la commune où il travaillait. Une enquête est actuellement en cours pour déterminer les circonstances du drame"mais en l'état, aucun élément ne met en doute la thèse du suicide", a expliqué le parquet. Elle devrait également permettre de connaître les raisons de son geste de désespoir.

Selon les premières informations rapportées, l'homme aurait utilisé une arme à feu pour se donner la mort mais pour le moment, aucun élément n'a encore été confirmé. Une autopsie doit avoir lieu dans les prochains jours.

Ce n'est pas la première fois ces derniers jours qu'un policier se donne la mort. Il y a peu, un policier d'une soixantaine d'années, commandant fonctionnel au commissariat de Béziers (Hérault), s'est suicidé chez lui à son domicile de Castelnau-le-Lez avec son arme de service.

Lire aussi: le policier chargé de la protection de Muriel Pénicaud s'est suicidé

Des drames qui ne cessent d'inquiéter les syndicats. Au total, en 2017, au moins 65 membres des forces de l'ordre, dont 49 policiers, se sont donné la mort. Face à ces chiffres alarmants et pour tenter d'endiguer la vague de suicides chez les forces de l'ordre, Gérard Collomb avait demandé en novembre dernier une évaluation des mesures en place faisant référence à celles adoptées en janvier 2015 par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Bernard Cazeneuve.

Au micro d'Europe 1, Yves Lefebvre, le secrétaire général du syndicat Unité SGP Police, avait tenté d'expliquer les raisons du désarroi de certains agents: "Il y a la pression du chiffre, le malaise dans l'investigation et ces horaires de merde -passez-moi l'expression-, avec un week-end toutes les six semaines. On ne peut plus supporter cela", avait-il confié. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Un policier s'est donné la mort lundi au commissariat de Montluçon.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-