Suisse: 43 kilos d'or et 3 tonnes d'argent disparaissent chaque année dans les égouts

Trésor inaccessible

Suisse: 43 kilos d'or et 3 tonnes d'argent disparaissent chaque année dans les égouts

Publié le :

Vendredi 20 Octobre 2017 - 16:43

Mise à jour :

Vendredi 20 Octobre 2017 - 17:11
Selon un institut helvète, de grandes quantités d'or et d'argent terminent dans les eaux usées chaque années en Suisse. La source de ces matériaux précieux dans les égouts est à chercher du côté de l’industrie.
©Bullion Vault/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En Suisse, les trésors ne sont pas tous dans des coffres-forts. Une étude publiée jeudi 19 par l’Institut de l’eau Eawag à de quoi surprendre.

En effet, les chercheurs ont analysé l’eau provenant de 64 stations d’épurations et l’analyse de ces échantillons leur a permis de conclure que quelque 3.000 kg d’argent et 43 kg d’or finissaient dans les égouts chaque année. La valeur marchande de ce trésor qui disparait tous les ans avoisine les 3 millions de francs suisses soit 2,6 millions d’euros.

L’étude a en effet mis en évidence la présence dans l’eau d’autres métaux lourds (zinc, scandium, yttrium, niobium, gadolinium).

Pour autant, il ne faut pas imaginer que les Suisse se débarrassent de leurs valeurs dans la cuvette des toilettes pour éviter un redressement fiscal douloureux. La source de ces matières précieuses dans les eaux usées helvétiques se trouvent dans l'industrie. En effet, ces résidus proviennent de l’industrie chimique et pharmaceutique pour l’argent alors que l’or est rejeté par l’industrie horlogère et les raffineries d’or.

Comble, il est beaucoup trop couteux d'essayer de récupérer les métaux précieux dans les égouts pour que l'opération soit rentable. Néanmoins, plusieurs méthodes permettant de capter ces résidus sont à l'étude actuellement.

Cet étonnant phénomène présente "sur la grande majorité des sites étudiés, aucun dépassement des valeurs limites écotoxicologiques ou légales n'a été constaté. Seuls le cuivre et le zinc étaient localement présents à des teneurs trop élevées dans les effluents ou les boues d'épuration". Les auteurs de l'étude soulignent toutefois que les effets toxicologiques de nombreux "nouveaux" éléments sont encore très mal connus.

La valeur marchande de ce trésor avoisine les 2,6 millions d’euros.

Commentaires

-