Un champion de kickboxing condamné après avoir fracturé le crâne de son bébé et battu sa femme

Justice

Un champion de kickboxing condamné après avoir fracturé le crâne de son bébé et battu sa femme

Publié le :

Lundi 15 Janvier 2018 - 12:27

Mise à jour :

Lundi 15 Janvier 2018 - 12:35
La justice suisse a condamné cette semaine un champion de kickboxing d'origine kosovare, reconnu coupable pour des violences sur sa femme et son bébé en juillet 2015. La petite fille, qui n'avait alors que deux mois, avait eu une fracture du crâne sur quatre centimètres, mais n'avait pas eu de séquelle après.
© Fabrice COFFRINI / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un athlète suisse de 31 ans, d'origine kosovare et champion de kickboxing, a été condamné jeudi 11 par le tribunal pénal de Bâle à quatre ans et trois mois de prison ferme pour des faits de violences conjugales sur sa femme (remontant sur plusieurs années) mais aussi coups et blessures sur son bébé en juillet 2015.

Durant l'audience, le président de la cour a énuméré pas moins de 17 plaintes pour violences domestiques. Violences qui se sont aggravées après le mariage du prévenu et de sa compagne en 2014. Le mari en avait après son épouse qu'il soupçonnait d'adultère.

Lire aussi: Gard - elle avoue avoir battu à mort son bébé, se sentant "dépassée"

La dispute la plus grave remonte à juillet 2015. Après avoir découvert la photo d'un bouquet de roses sur le téléphone de sa femme, le sportif s'est déchaîné sur sa compagne, alors qu'elle tenait dans ses bras leur petite fille de deux mois à peine, selon le site d'informations locales BZ Basel.

Son poing a atteint le bébé à la tête et lui a fracturé le crâne sur quatre centimètres. Quand l'homme s'est rendu compte qu'il avait blessé sa fille, il l'a arrachée aux bras de sa mère, lui rejetant la faute dessus, continuant à la frapper à coups de pied.

Il a ensuite amené la petite aux urgences, où les médecins ont alerté les autorités suite à une suspicion de maltraitance.

Après les faits, le couple s'est séparé avant de se reformer et même de donner naissance à un nouvel enfant. La fille aînée ne souffre d'aucune séquelle.

A noter que le tribunal a menacé le prévenu, qui ne dispose pas de passeport suisse contrairement à sa femme, d'expulsion s'il récidivait.

Le père de famille, champion de kickboxing, violent avec son épouse, a écopé de plus de quatre ans de prison ferme.

Commentaires

-