Un détenu islamiste "radicalisé" en cavale depuis 7 jours

Un détenu islamiste "radicalisé" en cavale depuis 7 jours

Publié le :

Lundi 28 Septembre 2015 - 07:17

Mise à jour :

Lundi 28 Septembre 2015 - 07:19
©Henry Hagnäs/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il est activement recherché. Un détenu signalé comme s'étant "radicalisé" en prison est en cavale depuis dimanche 20. Il avait pu sortir de sa cellule du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne) à l'occasion d'une permission.

"On entendra bientôt parler de moi". Un détenu âgé d'une trentaine d'années est activement recherché par les forces de l'ordre depuis une semaine, après qu'il n'ait pas regagné le centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne) à l'issue d'une permission de sortie qui s'achevait dimanche 20. Un mandat d'arrêt a été émis, a fait savoir dimanche 27 le ministère de la Justice.

"Il avait déjà bénéficié par le passé de permissions de sortie, qui s'étaient déroulées sans problème", assure une source proche du dossier citée notamment par Le Parisien. Sauf que cette fois, le détenu n'a pas regagné sa cellule au terme de sa permission. Le parquet de Meaux a alors immédiatement émis un mandat d'arrêt à son encontre. Son nom a également été inscrit sur la liste des personnes recherchées.

Condamné pour vols avec arme et vols avec violence, ce prisonnier se serait fait remarquer lors de son incarcération par une pratique "de plus en plus assidue" de la religion. Il aurait également confié à des codétenus, avant de s'évader, qu'"on entendra bientôt parler de lui", selon une information du Point. L'hebdomadaire a également avancé que ce détenu serait Jérémy Bailly, la tête pensante présumée du groupe terroriste islamiste dit de "Cannes-Torcy", une cellule qui se préparait, selon les services de renseignement, à commettre des attentats en France.

Une information qui a été démentie dimanche 27 par le ministère de la Justice. L'homme qui s'est évadé "n'est pas Jérémy Bailly et celui-ci ne bénéficie d'aucune permission de sortie", a ainsi réfuté la Chancellerie. L'évadé était pour l'heure, ce lundi matin, activement recherché.

 

Le détenu recherché n'est pas rentré d'une permission de sortie qui se terminait dimanche 20 (photo d'illustration).


Commentaires

-