Val-de-Marne: il appelait à tuer les "mécréants" lors d'un voyage en Ouibus

Prières

Val-de-Marne: il appelait à tuer les "mécréants" lors d'un voyage en Ouibus

Publié le :

Jeudi 15 Mars 2018 - 13:40

Mise à jour :

Jeudi 15 Mars 2018 - 13:41
Un homme a été interpellé mercredi soir à Saint-Mandé dans le Val-de-Marne. Avec d'autres voyageurs il était installé dans un Ouibus en direction de Londres lorsqu'il a appelé à tuer les "mécréants". La police l'a arrêté pour apologie du terrorisme.
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un vent de panique a soufflé sur les voyageurs d'un car Ouibus mercredi 14. Le véhicule parti de la gare routière de Paris-Bercy vers 22h30 s'est vite arrêté à Saint-Mandé dans le Val-de-Marne, à une dizaine de minutes de là.

En cause: un voyageur qui dans ses prières appelait à tuer les "mécréants" selon Le Parisien.

A voir aussi: Attentat des Champs-Elysées - le père du terroriste condamné pour "apologie du terrorisme"

Ce sont des voyageurs qui, parlant arabe, se sont aperçus de la teneur des prières du quadragénaire marocains assis près d'eux. Dans ses phrases entrecoupées de "Allahu Akbar", il appelait à tuer les "mécréants", c'est-à-dire les personnes n'ayant aucune religion.

Paniqués par les dires de leur voisin mais aussi à l'idée de passer presque dix heures à côté d'un tel personnage, quelques passagers sont discrètement allés voir le chauffeur du bus pour lui demander de faire quelque chose.

Ce dernier a finalement stoppé son véhicule sur l'avenue de Paris, à Saint-Mandé, seulement six kilomètres après le départ du car.

La police a ainsi pu intervenir et interpeller  l'homme, sans domicile fixe, qui n'a opposé aucune résistance. Sur lui, les forces de l'ordre ont trouvé des papiers administratifs venus d'Angleterre, de Suisse, d'Espagne mais aussi d'Allemagne. Il a été placé en garde à vue et le Ouibus a pu reprendre normalement jusqu'à Londres.

La loi française condamne lourdement les faits d'apologie du terrorisme. "Le fait (…) de faire publiquement l'apologie de ces actes (terroristes) est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende", souligne l'article 421-2-5 du Code pénal.

L'homme suspecté d'avoir fait l'apologie du terrorisme dans un Ouibus en appelant à tuer les mécréants a été arrêté par la police.

Commentaires

-