Vidéo choc de vaches enceintes abattues à Limoges: une première plainte déposée (VIDEO)

Horreur

Vidéo choc de vaches enceintes abattues à Limoges: une première plainte déposée (VIDEO)

Publié le :

Jeudi 03 Novembre 2016 - 16:36

Mise à jour :

Jeudi 03 Novembre 2016 - 16:59
L'association de protection des animaux L214 a dévoilé ce jeudi une nouvelle vidéo filmée cette fois à l'intérieur de l'abattoir de Limoges. Ces images chocs ont amené l'association à déposer une plainte.
©Capture d'écran YouTube/L214
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Suite à une vidéo filmée à l'intérieur du plus grand abattoir municipal de France, à Limoges, et publiée ce jeudi 3 sur Internet, L214 a déposé une plainte par le biais de Hélène Thouy avocate de l'association de défense des animaux.

Cette vidéo montre les atrocités perpétrées sur des vaches enceintes et ce qui arrive à leurs petits veaux. Les extraits disponibles et enregistrés à l'aide d'un employé et de l'association L214 montrent des actes horribles. Elles proviennent de la boyauderie, un atelier où sont regroupés les restes de l'intérieur du ventre des bovins. On peut y voir des utérus tranchés au couteau, remplis de liquide amniotique avec à l'intérieur des veaux qui peuvent atteindre une longueur d'un mètre. Les carcasses sont après tout cela jetées à la poubelle.

"On jette le veau dans une poubelle pleine de merde. Parfois, il bouge, comme s'il était vivant. On fait ça tous les jours, au moins cinquante de fois par semaine. Comment on peut les tuer, nom de Dieu? Des vaches pleines et des veaux qui sont en train de sortir" a alors déclaré, au journal Le Monde, Mauricio Garcia-Pereira l'homme de 47 ans qui a filmé avec une GoPro ces scènes qu'il condamne comme étant "affreuses et criminelles".

Voilà sept ans que cet homme travaille dans cet abattoir de Limoges mais il dit ne "plus y arriver". Mauricio Garcia-Pereira déclare être au courant des risques: "je sais que vais perdre mon travail. Je l'espère même. Je veux que le peuple français soit au courant".

Sébastien Arsac, porte-parole de L214 déclare: "C'est le septième abattoir dont on montre les violences inhérentes, mais, cette fois, elles sont encore plus choquantes et dérangeantes. Il n'y a plus de limite à ce qu'on peut faire aux animaux".

Refusant de répondre aux questions du journal Le Monde, la seule défense de l'abattoir suite à toutes ces révélations est: "l'abattage des vaches gestantes est légal".

(Voir ci-dessous la vidéo tournée à l'abattoir de Limoges, attention ces images peuvent choquer):

 

 

L'association L214 a, par le biais de son avocate, déposé une plainte auprès du parquet de Limoges concernant les vidéos révélées de l'abattoir municipal.

Commentaires

-