Cyanure: pseudo-remède anti-cancer, le noyau d'abricot peut empoisonner

Cyanure: pseudo-remède anti-cancer, le noyau d'abricot peut empoisonner

Publié le :

Lundi 30 Juillet 2018 - 09:20

Mise à jour :

Lundi 30 Juillet 2018 - 09:31
Les noyaux d'abricots sont régulièrement présentés comme des remèdes contre le cancer. Une affirmation qui n'a pas de base scientifique, a rappelé vendredi l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), mettant en garde contre les empoisonnements au cyanure qu'une consommation importante peut provoquer.
©Flickr/Creative Commons
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Face à l'effet de mode de consommation d'amandes d'abricot, contenues dans leur noyau, les autorités sanitaires ont dû mettre en garde contre les intoxications au cyanure.

Faisant écho aux mises en garde de son homologue européen, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a rappelé vendredi 27 qu'en consommer en grande quantité présente des risques.

Les noyaux de certains fruits contiennent en effet de l'amygdaline, "un composé d’origine naturelle qui se convertit en cyanure hautement toxique lors de la digestion", précies l'agence. Les abricots ou les reines-claudes sont parmi les fruits qui en comportent le plus.

Voir: Un homme empoisonné au cyanure à cause de noyaux d'abricots

Or la consommation de ces amandes est devenue à la mode. Elles sont depuis longtemps utilisées pour ajouter un arôme particulier aux confitures. Des faibles doses qui ne revêtent pas de dangerosité.

Mais désormais, certains consomment des amandes d'abricots au nom de leur prétendus effets anti-cancer. De nombreux sites plus ou moins complotistes avancent en effet qu'il s'agit d'un remède naturel dont les effets seraient "cachés" pour préserver les intérêts des groupes pharmaceutiques.

"A ce jour, il n’existe aucune preuve scientifique de leur intérêt dans le traitement curatif ou préventif du cancer", rappelle donc l'Anses. Pire, certains de ces "régimes" pseudo-médicaux recommandent la consommation de "10 amandes par jour en prévention à 60 amandes en curatif". Cela alors que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) considère que la dose maximum journalière est "d'une à trois amandes pour les adultes et la moitié d’une petite amande pour les jeunes enfants".

"Une consommation à forte dose de ces amandes peut conduire à des signes d’intoxication aiguë tels que des convulsions, des troubles respiratoires, une diminution de la fréquence cardiaque, une perte de connaissance, voire un coma".

Aucun cas d'intoxication grave n'a été pour l'instant recensé par l'agence, mais des précédents existent. En septembre dernier, un Australien de 67 ans avait ainsi été victime d'une chute de son taux d'oxygène car, en rémission d'un cancer, il consommait des noyaux d'abricots à haute dose. Quelques mois plus tôt, la curiosité d'un Britannique quant au goût des noyaux de cerises l'avait conduit aux urgences.

Lire aussi:

Qualité de l'air: les masques antipollution sont-ils inutiles?

Vaccination, autisme, aluminium: l'Inserm répond aux craintes et aux "lobbys anti-vaccins"

Une fois ingérées les amandes d'abricot libèrent du cyanure dans l'organisme.


Commentaires

-