Grippe aviaire: quatre nouveaux foyers dans le Tarn, fortes suspicions dans l'Aveyron

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Grippe aviaire: quatre nouveaux foyers dans le Tarn, fortes suspicions dans l'Aveyron

Publié le 12/12/2016 à 17:21 - Mise à jour à 17:32
©Desrus Benedicte/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Quatre nouveaux foyers de contamination à la grippe aviaire ont été confirmés dans le Tarn et deux sont fortement suspectés dans l'Aveyron. S'ils étaient confirmés, ils pourraient remettre en cause l'allègement des mesures de restriction.

Quatre nouveaux foyers de contamination à la grippe aviaire ont été confirmés dans le Tarn, portant à sept au total le nombre de cas dans ce département où 47.000 volailles ont été abattues, a indiqué la préfecture dans un communiqué. De plus, deux élevages sont suspectés d'être contaminés dans l'Aveyron.

S'ils étaient confirmés, il s'agirait des premiers cas dans ce département depuis le début de cette épizootie. Selon la préfecture de l'Aveyron, ces suspicions "d’Influenza aviaire hautement pathogène" concernent deux basse-cours voisins de la commune de Tayrac.

Le premier cas, à l'origine de l'épizootie actuelle, avait été confirmé le 1er décembre à Almayrac, suivi par un autre cas à Lacapelle-Ségalar et un troisième sur l'une de ces deux communes. "Quatre autres suspicions, dont la dernière le 5 décembre, ont été identifiées sur les communes de Monestiés, Combefa et Mouzieys-Panens", selon un communiqué de la préfecture daté de vendredi soir, des cas "depuis lors confirmés H5N8 par le laboratoire national".

Ces quatre cas se trouvaient dans la zone de protection mise en place après la déclaration des premiers cas, précise la préfecture. Par "précaution", les volailles de toutes ces exploitations ont été abattues. La procédure qui s'est achevée vendredi soir porte à 47.000 le nombre de volatiles tués au total.

Si, "à compter du lundi 12 décembre", "aucun nouveau cas n'est détecté", "l'allègement des mesures de restriction de circulation et d'abattage en zone de surveillance pourra être appliqué", précise la préfecture.

La France a relevé mardi son niveau de risque de grippe aviaire à "élevé" après la découverte de nouveaux cas provoqués par des oiseaux migrateurs. Dans le Sud-Ouest, les départements du Lot-et-Garonne, du Tarn, du Gers et des Haute-Pyrénées ont déjà dû abattre des milliers de canards.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Le premier cas, à l'origine de l'épizootie actuelle, avait été confirmé le 1er décembre à Almayrac.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-