Les symptômes durables du Covid-19, une souffrance encore trop peu reconnue ?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Les symptômes durables du Covid-19, une souffrance encore trop peu reconnue ?

Publié le 02/06/2020 à 06:35 - Mise à jour à 14:50
Douglas Magno / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Entre les asymptomatiques et ceux devant passer par l’hospitalisation, certains malades du Covid-19 ressentent des effets du virus des semaines voire des mois après avoir contracté la maladie.

Le corps médical mais aussi le grand public en apprend un peu plus chaque jour sur cette épidémie de coronavirus. La littérature médicale multiplie les études sur les cas graves, nécessitant l’hospitalisation et parfois la réanimation, mais aussi sur les patients asymptomatiques. En revanche, les médecins semblent déroutés face aux patients infectés, dont les effets sont persistants et même très persistants.

Des syndromes qui ne disparaissent pas ?

Les témoignages de patients se multiplient. Ils n’ont pas été hospitalisés, mais alors qu’ils ont contracté le virus depuis de nombreuses semaines (plusieurs mois pour certains), ils éprouvent encore des symptômes nombreux et fréquents : gêne respiratoire, douleurs articulaires, sensation d’une fatigue extrême, anosmie (perte de goût), …

Ces symptômes apparaissent et disparaissent, faisant du quotidien de ces patients un véritable cauchemar. Un jour, l’état s’améliore, et le lendemain, impossible de monter deux étages par les escaliers ou même d’aller au travail.

Une souffrance encore trop méconnue des médecins

Face à ces syndromes post-traumatiques, qui existent pour d’autres virus, les médecins ne disposent pas d’informations suffisantes. Trop souvent, les patients inquiets se sont vus traités comme des « malades imaginaires ». L’angoisse était désignée comme responsable de tous les maux, alors que tous le confirment : les symptômes sont bien physiques.

Cela ne fait qu’aggraver la « déprime » et la souffrance de ces patients, dont l’entourage peut aussi être parfois, sans le vouloir, blessant, ne connaissant rien de ces effets à long terme. Bien qu’il n’existe que peu d’études sur ces symptômes durables, les patients eux se sont regroupés pour s’entraider. Un hashtag #apresJ20 a été créé pour permettre à chacun de témoigner. Et devant la persistance du phénomène, un nouveau #apresJ60 vient d’être lancé. Les patients espèrent que la médecine va (enfin) se préoccuper du phénomène avant le lancement de …. #apresJ100

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


La réanimation, une issue pour certains patients mais pas pour l'immense majorité !

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-