Loi Santé: les députés votent une loi pour limiter la maigreur des mannequins

Loi Santé: les députés votent une loi pour limiter la maigreur des mannequins

Publié le :

Vendredi 18 Décembre 2015 - 17:21

Mise à jour :

Vendredi 18 Décembre 2015 - 17:34
©Luke MacGregor/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Dans le cadre du vote de la loi Santé, les députés ont adopté, jeudi, un texte pour lutter contre l'anorexie et la maigreur excessive des mannequins.

Parmi les nombreuses mesures de la loi Santé adoptée jeudi 17 par l'Assemblée nationale (paquet de cigarette neutres, tiers-payant généralisé, etc.), l'une d'elles concerne la taille mais surtout le poids des mannequins dans le but de lutter contre l'anorexie et la maigreur excessive sur les podiums.

Cette loi dispose que la pratique de cette activité en France est conditionnée à la délivrance d’un certificat médical attestant que "l’état de santé du mannequin, évalué notamment au regard de son indice de masse corporelle (IMC, obtenu en divisant le poids par la taille au carré NDLR), est compatible avec l’exercice de son métier". Toute infraction à cet article sera passible de six mois d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende.

La version initiale du texte, adopté par les députés en première lecture, prévoyait d'imposer un IMC minimal de 18 aux mannequins. Une initiative déjà expérimentée à l’étranger: l’Espagne exige un IMC d’au moins 18,5 pour ses mannequins, l’Italie au moins 18 (soit 55kg pour 1,75m). L’Organisation mondiale de la santé estime qu’en-dessous de 17, on peut parler d’état de "dénutrition sévère".

Toutefois le texte avait été retoqué par les sénateurs pour redonner sa place au médecin du travail et élargir l’examen à d’autres paramètres, tels que la morphologie, le sexe, l’âge, l’histoire alimentaire ou la recherche d’absence de menstruation.

L'autre mesure sur ce sujet adoptée par l'Assemblée nationale concerne les photographies à usage commercial de mannequins dont l'apparence a été modifiée "afin d'affiner ou d'épaissir la silhouette". Désormais, ces clichés devront être accompagnés de la mention "photographie retouchée". Un délit puni d'une amende de 37.500 euros.

En revanche, le délit d'incitation à la maigreur excessive, voté par les députés en première lecture, a depuis été abandonné. Cette mesure prévoyait de sanctionner d'un an de prison et 10.000 euros d'amende les sites "pro-ana", sur lesquels s'échangent des conseils pour restreindre son alimentation et perdre du poids de façon dangereuse.

 

De nombreux mannequins ont un rapport poids/taille proche de la dénutrition.


Commentaires

-