Nanoparticules: des traces de ces particules toxiques retrouvées dans le cerveau de citadins

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Nanoparticules: des traces de ces particules toxiques retrouvées dans le cerveau de citadins

Publié le 08/09/2016 à 17:15 - Mise à jour à 17:27
©Allan Ajifo/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Jusqu'où iront les nanoparticules? Déjà accusées de provoquer de nombreux décès en s'infiltrant dans nos poumons, elles ont été découvertes dans le cerveau de personnes décédées qui habitaient en ville.

Les nanoparticules parvenaient déjà à pénétrer profondément dans nos poumons. Voilà que des chercheurs craignent maintenant qu’elles puissent en faire de même… avec notre cerveau. Selon une étude publiée dans la revue PNAS, dans le cadre d’une recherche sur l’étude du cerveau, 37 cas de Britanniques et de Mexicains décédés ont révélé la présence de ces nanoparticules, issues de la pollution atmosphérique. Les décès des 37 personnes, qui résidaient toutes en ville, ne sont pas nécessairement en lien avec la pollution. C’est la possibilité pour ces très minces débris, de l’ordre du milliardième de mètre, de pouvoir remonter jusqu’à l’intérieur de notre boîte crânienne qui interpelle.

Comment ont-elles pu se retrouver là? Selon les chercheurs britanniques, les particules issues de la combustion de carburants ont tout d’abord été inhalées, avant de pénétrer le bulbe olfactif, la région du cerveau qui traite les informations liées aux fonctions olfatives. Le chemin se fait probablement par le canal du nerf olfactif, et la minceur de particules fines permet à ces dernières de traverser la barrière hémato-encéphalique qui entoure et protège notre cerveau.

Si l’étude tire la sonnette d’alarme sur la possibilité de ces nanoparticules d’aller bien au-delà de nos poumons, elle reste cependant évasive sur certains points, et notamment sur la question de la provenance de ces particules. On pense bien sûr à la pollution urbaine, mais rien dans les faits ne vient le confirmer dans l’étude. Et même si c’est la pollution urbaine qui en est la cause, il n’y a pas d’indications particulières sur le degré de concetration de ces nanoparticules dans l’air pour qu’elles puissent ensuite atteindre le cerveau. Certains cas concernaient d’ailleurs des personnes originaires de Mexico, une des villes les plus polluées de la planète. Leur cas ne serait donc pas totalement représentatif de la tendance mondiale. Il est donc encore trop tôt pour savoir avec exactitude les implications de l’étude, mais les nanoparticules n’ont décidément pas fini de dévoiler tout le potentiel de nuisance.

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les nanoparticules parviennent à traverser la barrière qui protège le cerveau.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-