La France fabrique une arme laser pour neutraliser les satellites espions

La France fabrique une arme laser pour neutraliser les satellites espions

Publié le :

Lundi 17 Juin 2019 - 16:14

Mise à jour :

Lundi 17 Juin 2019 - 16:31
© John F. Williams / Navy Media Content Services/AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

L'Onera (Office national d’études et de recherches aérospatiales), laboratoire français, a été chargé de mettre au point une arme laser qui devra neutraliser les satellites espions étrangers situés entre 400 et 700km d'altitude.

Alors que côté conquête de l'espace des pays comme les Etats-Unis, la Chine et la Russie s'arment militairement, la France elle commence à étudier les moyens possibles pour se défendre, surtout des tentatives d'espionnage de ses ennemis.

L'Onera (Office national d’études et de recherches aérospatiales) a en effet récemment révélé avoir été missionné pour mettre au point une arme laser destinée à neutraliser les satellites espions étrangers, opérant entre 400 et 700km d'altitude.

"L’effet recherché n’est pas de détruire l’objet, mais de l’empêcher d’effectuer sa mission. En concentrant l’énergie sur la cible, on pourrait endommager les panneaux solaires d’un satellite ennemi, ou pénétrer par ses fenêtres optiques et l’éblouir", a ainsi expliqué Franck Lefèvre, directeur du pôle défense de l'Onera.

Lire aussi: coup de projecteur sur l'avion de combat européen du futur au 53e salon du Bourget

Le souci, auquel sont confrontés les chercheurs travaillant sur ce laser géant, c'est qu'un tel dispositif, une fois qu'il a frappé sa cible, peut laisser des débris dans l'espace.

L'Onera est présent à partir de ce 17 juin au salon du Bourget. L'attraction principale de cet événement est le futur avion de chasse français.

Voir aussi:

La Nasa envoie dans l'espace un laser pour étudier la glace sur Terre

La France a chargé l'Onera (Office national d’études et de recherches aérospatiales) de mettre au point une arme laser destinée à neutraliser les satellites espions étrangers.

Commentaires

-