Embouteillages : le covoiturage va profiter de routes dédiées et des trajets subventionnés

Embouteillages : le covoiturage va profiter de routes dédiées et des trajets subventionnés

Publié le 05/12/2019 à 08:44 - Mise à jour le 06/12/2019 à 09:07
Alexander Grishin / Pixabay
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Le matin, tout le monde prend sa voiture pour arriver plus vite… mais personne n’arrive à l'heure au bureau à cause des bouchons où l'on voit des milliers de voitures de 4 ou 5 places occupées par le simple conducteur. La solution pour corriger cette abération mathématique s'appelle le covoiturage. Qu'il faut abolument privilégier pour des raisons de pollution évidemment. Le gouvernement fait des propositions.

Quelques chiffes pour comprendre le phénomène : 70% des trajets domicile travail se font en voiture et dans 9 cas sur 10 la personne est seule dans le véhicule, seulement 3% des Français utilisent déjà le covoiturage pour leurs trajets domicile-travail. 
Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire veut faire de ce mode de déplacement une évidence pour les particuliers avec sa loi d'orientation des mobilités ( LOM). Et ce n'est pas gagné tant nous considérons la voiture non pas comme un simple engin de déplacement mais plutot une partie de son domicile qui se déplacerait. C'est là le noeud du problème. Pour prendre une image, et même si les choses peuvent évoluer à cause ou grâce à la préoccupation écologique, c'est comme si on proposait à chacun d'entre nous d'accueillir tous les soirs des voisins pour regarder sa télévision dont on partagerait les frais d'achat... L’objectif de notre ministre est ambitieux: avoir "3 millions de covoitureurs du quotidien d'ici 5 ans".

Comment la OM compte-t-elle motiver les covoitureurs?

Pour que chaque employeur puisse proposer la meilleure solution à ses salariés et éviter les embouteillages, la LOM préconise qu’ils doivent eux-mêmes se mobiliser et discuter des mécanismes à mettre en place.Le sujet des déplacements des travailleurs est désormais inscrite comme un des thèmes des négociations obligatoires à mener dans les entreprises de plus de 50 salariés sur un même site.
Plusieurs options sont possibles: la subvention des trajets, la défiscalisation des aides à l'allocation et aux conducteurs, ainsi que la création du forfait mobilités durables. Ce forfait permettra aux employeurs de verser jusqu’à 400€/an, sans charges et sans fiscalité, à leurs salariés qui vont au travail en vélo ou en covoiturage, soit en tant que conducteur soit en tant que passager.
Une autre mesure phare est la création de voies dédiées au covoiturage. Grâce à ce système, plébiscité par Autoroutes et Tunnel du Mont Blanc (ATMB), 80 véhicules supplémentaires par jour transporteront des covoitureurs. Pour éviter les mauvais usages de la voie dédiée, la loi permet une solution de contrôle automatisée : ATMB va tester deux systèmes de caméras qui comptent  le nombre d’occupants. La barrière s'abaisse automatiquement en cas de voiture qui triche.

Les grèves, un coup de boost au covoiturage

À cause de la perturbation des transports publics pendant les grèves, les plateformes de covoiturage telles que  Blablacar  voient leur demande exploser. D’autres applications moins connues trouvent également dans ce jeudi noir (la grève des retraites) une opportunité pour gagner des utilisateurs. C’est le cas de Karos, l’application collaborative spécialisée dans le covoiturage sur de courtes distances, qui, pour l'occasion permettra aux français d’utiliser son application gratuitement. Karos rémunérera jeudi les covoitureurs 3 € par trajet et par personne transportée alors que les passagers ne paieront rien....

La grève des transports est ainsi une occasion pour les plateformes de se faire connaître et établir des collaborations avec les collectivités, et pour le gouvernement de gagner des covoitureurs. Et pour tous ceux dont le train a été annulé: c’est le moment d’essayer le covoiturage!

À lire aussi  :  Pic de pollution , le covoiturage gratuit mis en place à Paris 

 

 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Grève du 5 décembre: le covoiturage comme alternative

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-