Baisses d'impôts pour les "classes moyennes": qui pourrait en profiter?

Baisses d'impôts pour les "classes moyennes": qui pourrait en profiter?

Publié le :

Mercredi 17 Avril 2019 - 14:52

Mise à jour :

Mercredi 17 Avril 2019 - 16:28
© Fred TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :
-A +A

L'allocution du président qui n'a pas été diffusée lundi 15 prévotait l'annonce d'une baisse de l'impôt sur le revenu pour les classes moyennes. L'exécutif souhaite en effet privilégier les contribuables ayant une certaine fourchette de revenus.

C’est l’allocution qui ne sera jamais diffusée à la télévision mais qui contenait les nombreuses annonces de l’exécutif à l’issue du Grand débat avant que l’incendie ravageant Notre-Dame ne vienne tout changer.

Le président de la République Emmanuel Macron s’apprêtait, parmi un nombre important de mesures disparates (référendum d’initiative partagée, suppression de l’Ena, fin de la fermeture des hôpitaux ou des écoles…) à annoncer une baisse des impôts pour les classes moyennes comme l'expliquait RTL. "La meilleure méthode pour répondre au besoin de justice fiscale n’est pas d’augmenter les impôts de tels ou tels mais plutôt de baisser les impôts des classes moyennes. Je serai donc simple: pas de hausse d’impôts, des baisses pour ceux qui travaillent en réduisant significativement l’impôt sur le revenu" dit Emmanuel Macron dans le message enregistré.

Difficile cependant d’en savoir plus, la conférence de presse prévue ce mercredi 17 ayant été annulée, Emmanuel Macron ayant expliqué qu’il s’exprimera "en temps voulu". S’il est impossible de savoir en l’état à quoi ressemblera donc cette évolution de l’impôt sur le revenu, la réforme fiscale pour viser les "classes moyennes" était le souhait de députés de la majorité et même du ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin. Plusieurs pistes semblent donc privilégiées: la création de deux nouvelles tranches pour éviter les effets de seuils trop importants pour les contribuables prélevés aux deux premières tranches à 14% et 30%.

Lire aussi - Annonces de Macron : les oppositions raillent le "rafistolage" et dénoncent les absences

Cette mesure, si elle devenait concrète, pourrait permettre une baisse notable du niveau d’imposition pour les revenus dans une fourchette oscillant autour de 2.000-2.500 euros selon une estimation selon le député Benjamin Dirx, qui milite pour ce projet, comme le rapporte Le Figaro.

La mesure paraît d’autant plus crédible qu’Emmanuel Macron a aussi annoncé une indexation des retraites sur l’inflation pour les pensions inférieures à 2.000 euros, ce qui semble indiquer que les Français à ce niveau de revenus sont la cible prioritaire pour l’exécutif. Les premières annonces en marge du mouvement des Gilets jaunes, le 10 décembre, visaient, elles, les classes populaires avec la hausse de la prime d'activité (présentée abusivement comme une "hausse du Smic").

L’impôt sur les revenus présente cependant un inconvénient: modifier l’étalage des seuils est une mesure favorable pour tous les contribuables, y compris pour les plus aisés. Raison pour laquelle le président avait prévu d’annoncer une réduction des niches fiscales, sans que l’on sache précisément lesquelles, mais qui devraient permettre de compenser une taxation moindre en élargissant l’assiette pour les plus aisés.

Voir aussi:

Baisse d'impôts, réindexation des retraites, référendums locaux: les réponses de Macron

"Il faut retarder l'âge légal de la retraite", selon le président du Medef

Les "classes moyennes" devraient être les bénéficiaires de la réforme de l'impôt sur le revenu.

Commentaires

-