Immobilier: le meilleur profil pour obtenir un crédit à un bon taux

Immobilier: le meilleur profil pour obtenir un crédit à un bon taux

Publié le :

Lundi 16 Avril 2018 - 14:56

Mise à jour :

Lundi 16 Avril 2018 - 16:43
© THOMAS COEX / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les banques ne craignent plus de prêter des fonds parfois importants à des jeunes, même sans apport conséquent, le tout à des taux compétitifs. Mais tous les primo-accédants ne sont pas logés à la même enseigne.

Jeune avec des revenus confortables, voire très jeune avec une carrière prometteuse, le tout sans avoir nécessairement un apport. Tel est le profil idéal des banques pour débloquer un crédit immobilier à des primo-accédants.

On pourrait croire les banques frileuses à investir des fonds sur de jeunes professionnels sans garantie et sans apport dans un environnement économique incertain. La réalité est légèrement différente: dans un contexte où les banques sont prêtes à prêter sur plus de 20 ans –avec certains établissements qui franchissent maintenant la barre des 30 ans- et des taux très faibles, l'emprunt immobilier apparaît presque comme un produit d'appel. Le but avéré: vendre des produits financiers, de lucratives assurances ou convaincre de jeunes professionnels de domicilier leurs revenus et leur épargne.

Profil rêvé pour les banques: un professionnel d'une trentaine d'années, voire même jusqu'à 25 ans, avec un revenu pas nécessairement élevé mais garanti, voire un début de carrière dans des professions stables et rémunératrices. Les établissements n'hésitent d'ailleurs plus à proposer des rabais sur les taux d'intérêts, déjà très bas, pour les emprunteurs les plus jeunes. Les professions les plus prometteuses ou les plus stables elles, peuvent même envisager l'obtention d'un prêt "à 110%", soit un montant couvrant à la fois tout le prix du bien et les frais de notaire, pour les primo-accédants n'ayant aucun apport.

Lire aussi - Crédit immobilier: les taux en baisse, bonne nouvelle pour emprunter?

Mais, sans surprise, pour ceux qui ne correspondent pas forcément à ces critères, les conseils classiques restent les meilleurs. L'apport, quand il représente au moins 10% de l'acquisition reste un atout majeur, de même que l'absence d'incident bancaire. Et, bien entendu, avoir une situation stable (fonction publique, CDI ou profession libérale installée depuis plusieurs années), les situations précaires étant encore largement discriminées. Si les banques ne comptent plus forcément gagner beaucoup d'argent sur les crédits immobiliers, elles restent largement rétives au moindre risque.

Jeune, un emploi stable voire une carrière prometteuse: le profil idéal pour négocier d'excellents taux.


Commentaires

-