Immobilier - Les taux continuent de baisser... mais ne compensent pas la hausse des prix

Immobilier - Les taux continuent de baisser... mais ne compensent pas la hausse des prix

Publié le :

Mardi 06 Mars 2018 - 09:19

Mise à jour :

Mardi 06 Mars 2018 - 10:05
Les taux d'intérêt des crédits immobiliers ont continué de baisser en février 2018 comme ils le font depuis l'été 2017 après une période de légère remontée. Bonne nouvelle pour les acquéreurs? Oui, sauf que le gain est insuffisant pour compenser la hausse de la pierre.
©Philippe Huygen/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une bonne nouvelle certes, mais pas suffisante pour contrebalancer la mauvaise si vous êtes à la recherche d'un bien immobilier à acquérir. Selon l'observatoire Crédit logement/CSA qui estime chaque mois le niveau des taux d'intérêts immobiliers, ceux-ci ont encore baissé en février 2018 par rapport janvier.

Confirmant au passage que la fameuse "remontée" des taux est pour l'instant une arlésienne. Mauvaise nouvelle par contre: le gain pour l'emprunteur, s'il est réel, n'est pas suffisant pour couvrir la hausse de l'immobilier. Autrement dit, pour vous, une acquisition immobilière sera toujours de plus en plus chère, même si c'est plutôt le propriétaire (et indirectement les caisses de l'Etat) qui en profitera, et non pas le banquier.

Selon l'observatoire, les taux des prêts du secteur concurrentiel (toutes durées confondues) se sont établis à 1,47% en moyenne en février contre 1,49% le mois précédent. Dans le détail, selon les durées, les moyennes sont de 1,31% sur 15 ans, 1,48% sur 20 ans et 1,76% sur 25 ans.

Lire aussi: Impôts - IFI: pourquoi ceux qui vont le payer... débourseront nettement plus que pour l'ISF?

Si début 2017, les taux avaient eu tendance à remonter, la tendance s'est finalement inversée à la fin de l'été. Ils viennent maintenant de retomber à leur niveau de 2017. Sauf que les prix de l'immobilier en zones tendues, eux, n'en ont pas fait autant.

En tant qu'acheteur, c'est donc votre solvabilité qui se dégrade. La durée moyenne de prêt continue de s'allonger pour s'afficher maintenant à 218 mois en moyenne (soit tout de même 18 ans et 2 mois). Soit une hausse de 4 mois par rapport à l'année 2017 et de 14 mois par rapport à 2014.    

Et vous n'aurez en plus guère de possibilités d'encaisser la hausse en usant du prêt à taux zéro dont l'accès a été limitée pour les zones rurales et de villes moyennes où il ne peut plus représenter que 20% de l'achat, contre 40% auparvant.

Les taux baissent mais l'immobilier monte... plus vite.


Commentaires

-