La France envoie son dernier télégramme lundi 30 avril à 23h59 (photo)

La France envoie son dernier télégramme lundi 30 avril à 23h59 (photo)

Publié le :

Mardi 01 Mai 2018 - 14:53

Mise à jour :

Mardi 01 Mai 2018 - 15:12
©Michael Coghlan/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Quasiment inconnu des particuliers, le service des télégrammes, géré par Orange, fonctionnait toujours. Jusqu'à ce lundi minuit où le service a mis définitivement la clé sous la porte. C'est la fin d'une histoire débutée en 1879.

Une page se tourne, dans une relative indifférence certes, mais elle vient clôturer 139 ans d'histoire des télécommunications. Le dernier télégramme de France a été émis lundi 30 avril à 23h59 très précisément. Il a été passé sur le réseau Orange, qui a le monopole de ce service depuis 2003, lorsque France Télécom est devenue Orange.

Sans grande surprise, ce dernier télégramme (commandé par l'entreprise Orange elle-même) a surtout eu une valeur symbolique. Son texte annonce que "c'est une page de l'histoire des Télécoms qui se tourne au profit de nouvelles technologies – STOP– Bon vent et merci à tous nos collègues qui faisaient encore tourner ce service –STOP et FIN". Le mode d'écriture typique de ces messages n'avait jamais changé avec cette succession de mots "stop" qui ponctuait les courtes phrases.

Pour expédier un télégramme, il fallait en effet utiliser un numéro (le 36 55) ou passer par le web pour dicter son message qui était ensuite imprimé et envoyé par la poste. Il en coûtait une quinzaine d'euros les 50 mots. Le service était encore utilisés par certains professionnels de l'immobilier, de la magistrature du recouvrement de crédit, voire par quelques particuliers soucieux d'annoncer un événement familial important. Sans surprise cependant, l'usage était confidentiel. Il s'en envoyait encore 500.000 par an environ (même si les chiffres des dernières années restent flous). A titre de comparaison, 200 millions d'email sont envoyés dans le monde… chaque minute.

Malgré son obsolescence apparente, le service des télégrammes mobilisait encore une cinquantaine de salariés pour le faire fonctionner.

C'est la fin du télégraphe en France.


Commentaires

-