Etats-Unis: la Fed met un coup d'arrêt à la remontée des taux

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Etats-Unis: la Fed met un coup d'arrêt à la remontée des taux

Publié le 20/03/2019 à 04:00 - Mise à jour à 20:58
© Brendan Smialowski / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Virginie MONTET - Washington (AFP)
-A +A

La Banque centrale américaine a drastiquement changé de cap mercredi en renonçant à relever les taux d'intérêt cette année, dans la perspective d'un ralentissement plus marqué de la croissance aux Etats-Unis et d'une inflation toujours plus contenue.

Le Comité monétaire a estimé qu'en début d'année, "le marché du travail reste solide mais la croissance de l'activité économique a ralenti comparé au rythme soutenu du quatrième trimestre", selon son communiqué mercredi.

La Fed table désormais sur une expansion de 2,1% pour 2019 contre 2,3% estimée en décembre. L'inflation devrait, elle, atteindre 1,8% contre une projection de 1,9% précédemment.

Des données récentes montrent, au premier trimestre, un accroissement plus faible des dépenses des ménages, traditionnel moteur de l'économie américaine, ainsi que des investissements moins importants, explique également la Fed.

Elle observe que "globalement, l'inflation a ralenti sur douze mois, essentiellement en raison d'une baisse des prix de l'énergie", notamment de l'essence. Sans les prix volatils des secteurs de l'énergie et de l'alimentaire, l'inflation demeure autour des 2%, cible de la Fed.

Le président de la Fed Jerome Powell a affirmé que la croissance américaine était encore "solide" mais "probablement plus lente". Il a de nouveau prôné une attitude patiente: les données suggèrent qu'"on devrait (... ) laisser la situation se clarifier d'elle-même", a-t-il dit au cours d'une conférence de presse.

Il a ajouté que cela "pourrait prendre du temps avant que les perspectives d'emplois et d'inflation invitent clairement à un changement de politique". "C'est un excellent moment pour se montrer patient", a-t-il martelé.

- International -

La Fed, qui prévoyait jusqu'alors encore deux hausses de taux d'intérêt, a donc adopté une position très prudente.

En 2018, elle avait relevé quatre fois les taux.

Ce changement d'approche, plus drastique que ne l'anticipaient de nombreux analystes, et résolument "colombe", c'est-à-dire très accommodant, reflète l'attitude tempérée de la banque centrale vis-à-vis de l'évolution de la conjoncture et des tensions à l'international.

S'agissant des risques à l'international, le président de la Fed a cité la difficile sortie du Royaume Uni de l'Union européenne (Brexit) ou encore les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

De hauts responsables américains se rendent à Pékin la semaine prochaine pour tenter de mettre fin à la guerre commerciale entre les deux premières puissances mondiales entamée il y a un an et qui pèse sur la croissance de l'économie mondiale.

Le dollar chutait face à la devise européenne mercredi après l'annonce de ce virage net de la Fed par rapport à ses précédentes anticipations.

Les taux au jour le jour, qui influencent tous les autres types de crédits, ainsi que l'activité industrielle, immobilière et la consommation, restent donc entre 2,25% et 2,50% après une dernière hausse en décembre.

La faible inflation, qui est restée ces deux derniers mois sous la cible des 2% que la Fed estime bénéfique pour l'économie, est le principal critère qui invite le Comité monétaire à faire une pause sur le renchérissement du crédit.

- Prudence contre excès d'optimisme?

L'affaiblissement de la croissance mondiale, particulièrement en Chine et en Europe, a en outre poussé la Réserve fédérale à la prudence qui contraste avec l'optimisme affiché de l'administration Trump.

Cette dernière estime que la croissance des Etats-Unis devrait atteindre 3,2% cette année et 3% pour les dix ans à venir, a ainsi affirmé mardi Kevin Hassett, économiste de la Maison Blanche.

Selon les chiffres du département du Commerce, l'expansion américaine est parvenue à 2,9% en 2018, une cadence obtenue notamment "grâce au soutien important de la demande" suscité par les baisses d'impôts, a relevé M. Powell.

Interrogé sur la dichotomie entre les prévisions de l'administration Trump et celle de la Fed, M. Powell a assuré qu'il n'avait "pas vu" les projections de la Maison Blanche.

Cette pause de la Fed, qui a commencé en début d'année, est intervenue non seulement après une forte volatilité des marchés boursiers, inquiets des hausses des taux, mais encore à la suite des violentes critiques de Donald Trump envers le président de la Banque centrale.

Jerome Powell, qui s'est constamment refusé à réagir aux pics de l'hôte de la Maison Blanche, insiste régulièrement sur le fait que la Fed reste "apolitique" et ne prend ses décisions que sur la base des données économiques.

Sur le front de l'emploi, la Banque centrale prévoit une remontée du chômage à 3,7% cette année après 3,5% en 2018.

Enfin, à l'issue d'une réunion à l'agenda très fourni, la banque centrale a annoncé qu'elle cessera en septembre de réduire son portefeuille de bons du Trésor qu'elle a accumulé à son bilan après la crise.

Auteur(s): Par Virginie MONTET - Washington (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Vue générale du siège de la Fed le 2 mai 2018 à Washington DC

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-