Aux assises, les troublantes écoutes de "petit lion", maîtresse de Georges Tron

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Aux assises, les troublantes écoutes de "petit lion", maîtresse de Georges Tron

Publié le 09/11/2018 à 19:20 - Mise à jour à 20:02
©DR
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Bobigny

-A +A

"Plans à trois", "méga rabatteuse": Sylvie Doncarli, l'adjointe à l'Urbanisme de Draveil (Essonne) et maîtresse de l'ex-secrétaire d'Etat Georges Tron, jugé pour viols, a affirmé vendredi avoir tenu des propos "délirants" après le déclenchement de l'affaire en 2011.

Maire de Draveil (Essonne) depuis 1995, Georges Tron est jugé depuis trois semaines devant les assises de Seine-Saint-Denis au côté de son ex-adjointe à la Culture Brigitte Gruel.

Deux anciennes employées de la mairie de Draveil les accusent de leur avoir imposé des attouchements et des pénétrations digitales. Georges Tron avait dû démissionner le 29 mai 2011 de son poste de secrétaire d'État à la Fonction publique.

Les accusés nient en bloc et contestent toute relation entre eux.

Georges Tron a en revanche reconnu une infidélité avec son adjointe à l'Urbanisme, Sylvie Doncarli, les policiers ayant intercepté des SMS explicites à l'automne 2011.

"Il est gentil le petit lion avec grand lion, baisers lionesques", lit le président de la cour d'assises, Philippe Coirre.

- "Qui était +petit lion+ ?"

- "J'étais petit lion. (...) Regardez-moi, regardez M. Tron", répond Sylvie Doncarli, tandis que Georges Tron approuve depuis son siège. Rires dans la salle.

Bras en écharpe, elle est entendue par visioconférence. Son témoignage est très attendu.

A l'automne 2011, placée sur écoute, elle avait notamment déclaré : "Il m'a encore proposé des trucs, des plans à trois. Il n'est pas guéri. Si l'affaire est classée, il recommencera puissance 10." Elle parlait aussi de Brigitte Gruel comme d'une "méga rabatteuse".

"C'est une période où j'étais déstabilisée, où j'ai tenu des propos irrationnels", des "conversations délirantes", justifie-t-elle.

Elle affirme avoir été "manipulée" par trois collaboratrices de Georges Tron qui s'étaient liguées contre lui, et avoir dit ce qu'elles "souhaitaient entendre pour voir ce qui se tramait".

- "Vous étiez une sorte d'agent double, vous prêchiez le faux pour savoir le vrai ?" intervient Vincent Ollivier, l'avocat d'une plaignante.

- "Oui."

Alors pourquoi le faire aussi avec ses amies ? Au cas où les collaboratrices écouteraient, réplique la quinquagénaire, par ailleurs chef de cabine sur des vols long-courrier.

Sept ans plus tard, glisse-t-elle, sa relation avec Georges Tron continue. "Les choses se construisent doucement, on est bien ensemble".

Comme l'épouse de Georges Tron entendue dans la matinée, elle se dit convaincue de son innocence.

Le verdict est attendu en fin de semaine prochaine.

Auteur(s): Par AFP - Bobigny


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Municipale 2014

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-