Un millier de manifestants à Nantes contre les expulsions

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Un millier de manifestants à Nantes contre les expulsions

Publié le 31/03/2018 à 17:00 - Mise à jour à 17:58
© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Nantes

-A +A

Un millier de personnes, dont des migrants et des occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), ont manifesté samedi dans le centre de Nantes contre "toutes les expulsions", alors que prend fin la trêve hivernale, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le cortège, très hétéroclite, s'est ébranlé peu après 14H00, derrière deux banderoles de tête proclamant "Expulsions: non. Réquisitions: oui" et "Soutenir les exilés, Expulser Johanna", en référence à la maire (PS) de Nantes, Johanna Rolland, encadré par un très important dispositif policier.

Plus de 1.000 personnes selon un comptage de l'AFP, 900 selon la police, ont répondu à l'appel unitaire d'associations, dont Droit au logement (DAL), de collectifs de soutien aux migrants, de syndicalistes, d'étudiants et d'occupants de la ZAD, qui exigent l'arrêt des expulsions sans solution de relogement.

Des incidents ont éclaté quand les manifestants ont voulu passer à travers le cordon policier pour rejoindre une ancienne maison de retraite, réquisitionnée le 8 mars et occupée depuis par près de 200 migrants. Les forces de l'ordre ont repoussé les manifestants à l'aide de grenades lacrymogènes, arrachant les banderoles ainsi qu'un gigantesque pied de biche en papier mâché.

De brefs incidents avaient également eu lieu auparavant devant la préfecture, des policiers anti-émeute arrosant à la lance à eau les manifestants, ceux-ci répliquant par quelques tirs de projectiles.

"Le cortège est empêché d'aller jusqu'à l'Ehpad (maison de retraite, NDLR) occupé, c'est absolument scandaleux", a déploré un des organisateurs.

La maire de Nantes a annoncé vendredi qu'elle avait eu l'accord de la préfecture pour transformer à partir de la mi-avril cette ex-maison de retraite en centre d'hébergement d'urgence provisoire de 100 places. "Un effet d'annonce avant la manifestation pour calmer le jeu", a estimé Rachel, une militante du DAL.

Peu de pancartes faisaient référence aux occupants de la ZAD, dont la présence était discrète au sein du cortège.

"Les expulsions ne touchent pas que la ZAD. Elles concernent aussi de nombreux précaires et des exilés", a déclaré à l'AFP "Basile", un "zadiste". "C'est une manifestation dissuasive. Si des expulsions ont lieu, à Nantes et sur la ZAD, il y aura des réponses collectives, des manifestations de rue, des réoccupations et des reconstructions", a-t-il promis.

Alors que les autorités ont dit à plusieurs reprises que les occupants de la ZAD ne souhaitant pas s'inscrire dans l'état de droit et dans un projet agricole seraient expulsés, dès la fin de la trêve hivernale, "le gouvernement a plus à craindre que nous" de cette intervention, a estimé "Basile". "S'ils nous expulsent, ils ne pourront pas nous empêcher de revenir", a-t-il affirmé.

Auteur(s): Par AFP - Nantes


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un millier de personnes, dont des migrants et des occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, manifestent le 31 mars 2018 à Nantes contre "toutes les expulsions", alors que pren

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-