Syrie: sept civils tués dans des bombardements du régime à Idleb

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Syrie: sept civils tués dans des bombardements du régime à Idleb

Publié le 26/10/2018 à 17:55 - Mise à jour à 19:28
©DR
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Beyrouth

-A +A

Sept civils ont été tués vendredi dans des bombardements du régime syrien contre la province d'Idleb, le bilan le plus élevé depuis l'entrée en vigueur d'un accord russo-turc devant éviter un assaut du régime contre cette région du nord-ouest de la Syrie en guerre.

Trois enfants figurent parmi les personnes tuées dans un village de ce dernier grand bastion insurgé de Syrie, situé dans le nord-ouest du pays, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La Russie, allié du régime de Bachar al-Assad, et la Turquie, soutien des rebelles, avaient convenu le 17 septembre à Sotchi (Russie) de l'établissement d'une "zone démilitarisée" dans la région d'Idleb.

Cette zone tampon a pour objectif de séparer les secteurs sous contrôle du régime de ceux encore tenus par rebelles ou jihadistes, pour éviter une offensive de l'armée, qui risquerait selon l'ONU de provoquer une "catastrophe humanitaire".

Le groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), issu de l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, contrôle la majeure partie des secteurs de la région qui échappent au contrôle du régime.

Les bombardements meurtriers de vendredi ont touché le village d'Al-Rifa, sous le contrôle de HTS, dans le sud-est de la province d'Idleb.

Dans la province voisine d'Alep, des affrontements ont opposé combattants du régime aux rebelles aux abords ouest de la ville d'Alep, a indiqué l'OSDH.

En vertu de l'accord de Sotchi, les jihadistes devaient se retirer de la zone démilitarisée prévue, mais cela n'avait pas eu lieu à la date du 15 octobre fixée à cet effet. Les bombardements sporadiques qui ont lieu depuis ont connu une importante escalade mercredi soir.

Les bombardements des forces gouvernementales ont tué une fillette à Kafr Hamra, une localité de la province d'Alep située dans la zone tampon envisagée, a indiqué l'OSDH.

Des tirs de roquettes de jihadistes mais aussi de rebelles soutenus par la Turquie ont touché la ville septentrionale d'Alep, faisant 10 blessés.

La Russie et la Turquie ont affirmé que l'accord était toujours en vigueur en dépit de l'expiration du délai fixé pour le retrait des insurgés.

Les dirigeants des deux pays doivent rencontrer leurs homologues français et allemand à l'occasion d'un sommet sur la Syrie prévu samedi à Istanbul.

Le régime syrien insiste sur le fait que l'accord sur la zone tampon est provisoire et qu'Idleb reviendrait éventuellement sous contrôle gouvernemental.

Vendredi, le représentant syrien à l'ONU Bachar Jaafari, l'a encore répété dans des déclarations reproduites par l'agence de presse officielle Sana.

"Cela est normal que l'Etat syrien combatte le terrorisme à Idleb pour débarrasser ses habitants du terrorisme, et y étendre sa souveraineté", a-t-il affirmé.

Auteur(s): Par AFP - Beyrouth


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Municipale 2014

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-