Vietnam: quand la vie s'organisait dans les tunnels en pleine guerre

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Vietnam: quand la vie s'organisait dans les tunnels en pleine guerre

Publié le 30/01/2018 à 18:40 - Mise à jour à 18:42
© HOANG DINH NAM / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Jenny VAUGHAN - Vinh Moc (Vietnam) (AFP)

-A +A

Ses premiers mois, Ho Thi Giu, née le 1er janvier 1968, les a passés dans un tunnel alors qu'autour les bombes pleuvaient sur le centre du Vietnam, en pleine offensive du Têt.

Elle n'avait même pas un mois quand, dans la nuit du 29 au 30 janvier, les troupes communistes lancent, en plein Nouvel an lunaire du Têt, cette vaste attaque surprise contre les Etats-Unis et le Sud-Vietnam, décisive dans leur victoire finale.

Son lieu de naissance: les tunnels de Vinh Moc, dans la province de Quang Tri, construits pour abriter la population civile des bombes - à quelques kilomètres au nord de la ligne de démarcation entre Nord et Sud-Vietnam, où se sont concentrés les combats pendants l'offensive du Têt.

"Je suis née dans une de ces cavités" creusées le long du tunnel, explique cette Vietnamienne aujourd'hui âgée de 50 ans, en revisitant l'endroit avec l'AFP.

"Ma mère m'a donné naissance en plein hiver, il faisait froid", explique celle qui se souvient par procuration, via les récits des aînés, de l'atmosphère dans ces boyaux humides, où la population manquait de tout.

"Ma mère m'a raconté que, quand elle a accouché de moi, c'était très dur car on manquait de tout, de la nourriture aux choses de base" comme des bottes pour parcourir des tunnels souvent envahis par l'eau, dit-elle.

Ho Thi Giu n'est sortie du tunnel qu'à l'âge de deux ans, en 1970.

"Quand ma mère était enceinte, elle a été emmenée dans les tunnels afin d'y accoucher et y vivre pendant que mon père combattait" dans les forces vietcong, explique-t-elle.

Pendant les accalmies, il sortait pour aller pêcher en mer, afin de rapporter de quoi manger à sa famille.

- "Des chants contre les bombes" -

Au total, entre avril 1967 et décembre 1968, quelque 250 habitants du village de Vinh Moc ont participé à la construction de ce réseau de tunnels, avec des outils rudimentaires, voire leurs mains, selon l'historiographie officielle.

Jusqu'à 600 personnes ont vécu à cet endroit, dans des boyaux plongeant à plus de 20 mètres sous terre, ne sortant que la nuit pour cultiver leurs terres ou cuisiner.

Au total, 17 bébés sont nés dans ces tunnels, dont Ho Thi Giu.

Nguyen Tri Phuong, lui, avait 16 ans, en 1968. Il se souvient d'avoir été alors "très fier" de son assignation à la construction des tunnels, "avec les hommes du village".

Il se souvient de la promiscuité et des problèmes d'hygiène dus au manque de latrines.

Mais il se souvient aussi avec plus de légèreté d'un concours de chant baptisé "chanter pour réduire les bombes au silence". "Cela donnait du courage aux jeunes", raconte-t-il.

Les tunnels de Vinh Moc sont aujourd'hui visités par les touristes mais les plus populaires restent ceux de Cu Chi, dans le sud du pays, qui abritèrent la guérilla du Vietcong pendant des années dans la banlieue d'Ho Chi Minh-ville, l'ex-Saïgon.

Ils doivent leur popularité au fait d'être restés globalement en bon état mais, à travers le pays, ce sont des dizaines de tunnels qui avaient été creusés, certains utilisés pour faire circuler des armes par les Vietcong.

Auteur(s): Par Jenny VAUGHAN - Vinh Moc (Vietnam) (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Hoang Van Triem (d), Nguyen Tri Phuong (g), et Ho Thi Giu (c) qui est née dans le tunnel de Vinh Moc au centre du Vietnam, le 18 janvier 2018

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-