L'IEP Grenoble se dote d'un comité de personnalités pour tourner la page de la crise

L'IEP Grenoble se dote d'un comité de personnalités pour tourner la page de la crise

Publié le 19/01/2022 à 20:30 - Mise à jour le 20/01/2022 à 11:16
© Philippe DESMAZES / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Grenoble

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

L'Institut d'études politiques (IEP) de Grenoble, depuis des mois au coeur d'une vive polémique sur la liberté d'expression, va se doter d'un comité de personnalités destiné à conseiller sa direction et à œuvrer à "la restauration d'un climat serein", a-t-il indiqué jeudi.

Le comité, composé de six personnes, universitaires, spécialistes de questions humanitaires, de lutte contre le racisme ou de gestion de crise, est nommé pour une durée initiale de six mois qui pourra être prolongée.

"L’année 2021 a été une année difficile pour Sciences Po Grenoble - UGA, dont les personnels, enseignants et étudiants ont été fortement affectés par des polémiques particulièrement éloignées de la réalité de leur quotidien", explique l'établissement.

"L’aspiration à la sérénité et au retour aux fondamentaux (...) est générale", ajoute-t-il en allusion à la polémique autour de la liberté d'expression en son sein qui lui a valu des attaques de responsables politiques et une sanction financière décidée par le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez.

Cette "crise a profondément marqué nos équipes et nos étudiants", déplore la directrice de l'IEP, Sabine Saurugger, qui dit vouloir "désormais (aller) de l’avant, avec une série d’actions très concrètes qui seront déployées tout au long du semestre à venir et de l’année 2022".

Les membres du comité, coordonné par le politologue Olivier Costa, ont été choisis "pour leur expertise dans le débat démocratique et ses enjeux actuels, la communication, la lutte contre les discriminations et pour la laïcité, leur connaissance de Sciences Po Grenoble-UGA et du fonctionnement des Instituts d’Etudes Politiques de manière générale", précise l'IEP.

Les autres membres du comité sont les universitaires Catherine Paradeise, Yves Déloye, Smaïn Laacher, l'ancien délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme Frédéric Potier et Mathieu Collet, spécialiste de la gestion de crise.

Leurs travaux viseront notamment à "garantir la qualité du dialogue parmi les enseignants et étudiants" en interne, à "faire face au défi de la liberté d’expression et de la liberté académique dans une société traversée par des tensions croissantes", "mieux prévenir les dérives de comportements minoritaires et des réseaux sociaux" et protéger la "réputation" de l'école, indique-t-elle encore.

La polémique au sujet de l'IEP Grenoble avait débuté fin 2020 par un échange de courriels véhéments entre deux de ses enseignants à propos d'une journée de débats intitulée "racisme, antisémitisme et islamophobie". L'un d'eux, le professeur d'allemand Klaus Kinzler a été suspendu en décembre par la direction pour "propos diffamatoires".

Auteur(s): Par AFP - Grenoble

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des étudiants manifestent contre l'islamophobie devant l'Institut d'études politiques de Grenoble, à Saint-Martin-d'Hères, le 9 mars 2021

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-