Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde

Auteur:
 
Par Mauro PIMENTEL - Reserva Mamirauá (Brasil) (AFP)
Publié le 16 août 2018 - 16:52
Image
Une maison flottante à la réserve de Mamiraua, en Amazonie, le 26 juin 2018
Crédits
© Mauro Pimentel / AFP
Une maison flottante à la réserve de Mamiraua, en Amazonie, le 26 juin 2018
© Mauro Pimentel / AFP

En Amazonie, nager est indispensable. Mais il faut savoir quand et comment, pour éviter de croiser des caïmans ou des piranhas. Une technique que dominent parfaitement les habitants des réserves de Mamiraua et Amana.

Essayant de vivre en harmonie avec la nature, ils ne prennent que ce dont ils ont besoin.

"Ici, l'açai (fruit énergétique très apprécié au Brésil) abonde, mais on en a assez récolté pour aujourd'hui", déclare Joao, un habitant de 52 ans de Boa Esperança.

Sur le sol vert et jaune de sa maison en bois, trône la récolte de ce fruit semblable à la myrtille effectuée le matin même par les jeunes du village.

Les enfants s'entraînent tous les jours sur des arbres plus petits, en grimpant avec un foulard entre les pieds appelé "peconha".

Au Brésil, on prend de l'açai depuis longtemps, mais sa consommation a explosé depuis quelques années aussi dans les pays occidentaux, portée par la vague des superaliments.

C'est une des principales sources de revenus de la réserve d'Amana.

De leur côté, les scientifiques de l'Institut Mamiraua cherchent à faire prendre conscience à la population qu'il faut contrôler la pêche de "pirarucu", poisson géant de la région qui peut atteindre les 200 kg et les trois mètres. Sa chair est très recherchée et son prix, élevé.

Parfois, les quotas établis dans les localités qui peuplent la région, ne sont pas respectés.

A 71 ans, Maria, se promène dans sa maison avec un bébé singe Ouakari chauve (Cacajao calvus), une espèce protégée à la tête rouge et sans poils qui est devenue le symbole de la réserve.

"C'est comme un petit chien pour moi. On l'a trouvé dans la jungle et il est toujours à côté de moi", raconte cette femme qui sait pourtant qu'elle ne devrait pas l'avoir comme mascotte.

Pour trouver l'açai, il faut monter au sommet d'un palmier au tronc fin et cueillir ces fruits à une vingtaine de mètres du sol.

L'écho du reste du pays semble lointain. Durant le Mondial en Russie, une famille du village de Sao Raimundo do Jaraua a ouvert ses portes aux scientifiques de WWF-Brésil et de l'Institut Mamiraua pour voir un match de la Seleçao sur une télévision allumée grâce à un générateur au diésel.

Mais en dehors de cette maison, la bande de Neymar a laissé indifférents les autres voisins.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
bayrou
François Bayrou, baladin un jour, renaissant toujours
PORTRAIT CRACHE - François Bayrou, député, maire de Pau et plusieurs fois ministres, est surtout figure d’une opposition opportuniste. Éternel candidat malheureux à la...
20 avril 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.