Décembre 1960, le dernier voyage de De Gaulle en Algérie (VIDEO)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Décembre 1960, le dernier voyage de De Gaulle en Algérie (VIDEO)

Publié le 12/12/2014 à 00:24 - Mise à jour le 09/10/2017 à 20:05
©DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Jean-Michel Comte
-A +A

Alors que le général de Gaulle effectue une "tournée des popotes" en Algérie début décembre 1960, de violentes manifestations en faveur de l'indépendance ont lieu dans plusieurs villes du pays, faisant plusieurs dizaines de morts. Ce sera la dernière visite du chef de l'Etat dans le pays.

Ce sera son dernier voyage en Algérie. Du 9 au 14 décembre 1960, le général de Gaulle se rend dans plusieurs villes algériennes, mais cette visite est marquée par de graves incidents qui le conforteront dans son idée que l'autodétermination de cette colonie française est inéluctable.

Des manifestations en faveur de l'indépendance ont lieu, pendant ce voyage, à Alger et dans plusieurs grandes villes du pays. Les plus importantes et les plus tragiques se déroulent le dimanche 11 décembre 1960, date que beaucoup d'historiens considèrent comme un des tournants de la guerre d'Algérie.

Ce jour-là, les manifestations se transforment en émeutes et en soulèvement populaire contre le colonialisme. Dans plusieurs quartiers, la population affronte directement les forces de l'ordre et les parachutistes, plusieurs dizaines de personnes sont tuées.

Le mardi 13 décembre, France-Soir dresse en première page un premier bilan du "dimanche tragique: 61 morts, chiffre officiel", dont 55 musulmans et 6 Européens.

Pas de visite à Alger ni Oran

Malgré cela, "De Gaulle poursuit son voyage", titre le quotidien sur toute la largeur de sa Une.

Il le poursuit, mais pas pour longtemps. Après avoir visité Tlemcen, Cherchell, Blida, Aïn Témouchent, Orléansville, Bougie, Tizi-Ouzou et Biskra notamment, il écourtera sa visite sans se rendre ni à Alger ni à Oran, en raison des émeutes.

Au lendemain du dimanche sanglant, le chef de l'Etat veut quand même croire à l'apaisement. France-Soir titre en Une sur une de ses déclarations à Bougie: "Malgré les événements douloureux, je pense que la paix peut intervenir bientôt. L'aurore d'une nouvelle Algérie pointe à l'horizon".

Le quotidien publie deux photos en première page. La première montre le général de Gaulle prenant un bain de foule, avec le sous-titre: "A Tizi-Ouzou, des musulmans tendent la main à de Gaulle".

La légende de la photo est la suivante: "Des mains qui se tendent, d'autres qui applaudissent, des visages souriants: De Gaulle, une fois de plus, est entré dans la foule à Tizi-Ouzou et les 3.000 Kabyles, descendus de leur montagne, l'ont aussitôt entouré et acclamé, comme l'avaient fait les musulmans d'Aïn Témouchent, comme l'avaient fait ceux d'Orléansville au cours des journées précédentes".

Changement de décor et d'atmosphère dans la deuxième photo, sous-titrée "A Alger, des jeunes musulmans se heurtent aux CRS".

La légende explique qu'"en foule compacte, les musulmans d'Alger sont descendus dans la rue, absorbant les CRS qui essayent de contenir la vague des manifestants emplissant les rues de Belcourt, grimpés sur les éventaires des marchands. Des drapeaux FLN (vert et blanc, frappés du croissant et de l'étoile) ont surgi de cette masse. La plupart des manifestants sont jeunes. Il y a des hommes, des adolescents, des femmes. C'est cette foule qui saccagera des magasins tandis que des Européens affolés tireront".

Autodétermination lancée en 1959

De Gaulle, qui avait déjà visité l'Algérie en août 1959 et en mars 1960 (deux voyages qualifiés de "tournées des popotes"), ne remettra jamais les pieds dans le pays.

Il avait lancé le principe de l'autodétermination pour la première fois le 16 septembre 1959, puis avait parlé à plusieurs reprises d'"Algérie algérienne", en mars, juin et septembre 1960 notamment.

Mais pour la première fois, les émeutes et manifestations de décembre 1960 –et notamment ce fameux dimanche 11 décembre– marqueront le soutien d'une bonne partie de la population locale au FLN et à l'indépendance.

Un mois plus tard, le 8 janvier 1961, le référendum en faveur de l'autodétermination sera approuvé par 75% des votants. Cela ouvrira la voie aux négociations avec le FLN qui se concluront par les accords d'Evian le 18 mars 1962 et, le lendemain, la fin officielle de la guerre d'Algérie qui aura duré près de huit ans.

(Voir ci-dessous, dans les archives de l'INA, le quatrième jour de la visite de De Gaulle, à Biskra -vidéo sonore à la fin): 

Auteur(s): Jean-Michel Comte

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La Une de "France-Soir" du 13 décembre 1960.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-