Google doodle: qui est Charles-Michel de L'Épée?

Google doodle: qui est Charles-Michel de L'Épée?

Publié le 24/11/2018 à 11:35 - Mise à jour à 11:37
©Capture d'écran Google
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Google rend hommage ce samedi à l’abbé Charles-Michel de l’Épée, éducateur français qui a fondé la première école publique pour sourds à travers son Doodle.

Il est l'un des précurseurs de l'enseignement spécialisé pour les sourds. Ce samedi 24, Google rend hommage à Charles-Michel de L'Épée à travers son traditionnel Doodle. Il célèbre de 305e anniversaire de cet abbé français qui a posé les bases du langage des signes en observant les malentendants communiquer entre eux avec des signes.

En effet, possédant une fortune personnelle conséquente, l'abbé né en 1712 à Versailles, avait décidé de consacrer son temps aux œuvres de charité. Entre 1760 et 1762, il a découvert deux sœurs sourdes à Paris, qui communiquaient entre elles par des signes. Les prenant sous son aile, il a étudié les gestes grâce auxquels les eux sœurs se "parlent".

Lire aussi –  Google Doodle: un hommage à Mestre Bimba, maître de la capoeira

Il a alors l'idée de codifier ces signes afin d'en faire un moyen de compréhension et d'expression universelle. Pour enrichir le vocabulaire de sa nouvelle langue et la tester à plus grande échelle il va accueillir plusieurs dizaines d'enfants sourds dans sa demeure et leur consacrer une part importante de sa fortune au point de finir sa vie dans la pauvreté. Si sa manière de concevoir la langue des signes sera jugée a été par la suite contester, notamment à cause de son rapprochement à la syntaxe française, et s'il ne l'a pas inventée, il a incontestablement contribué à impulser le développement de la Langue des signes française (LSF). 

En 1791, deux ans après sa mort, l'Assemblée nationale l'a reconnu en décrétant que son nom serait inscrit comme bienfaiteur de l'humanité et que les sourds bénéficieraient des Droits de l'homme.

L’institut qu’il avait créé existe toujours aujourd'hui, mais il s’est transformé. Il assure un enseignement en LSF. Il s'agit d’un des quatre Instituts nationaux pour jeunes sourds, situé rue Saint-Jacques à Paris, les autres étant à Metz, Chambéry et Bordeaux.

 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Google rend hommage ce samedi à l’abbé Charles-Michel de l’Épée.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-