Le Monde se félicite d'un partenariat signé avec OpenAI

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 15 mars 2024 - 10:15
Image
Open AI x Le Monde
Crédits
DR
DR

Mercredi 13 mars, Le Monde a annoncé avoir signé un accord de partenariat pluriannuel avec OpenAI. D'une part, il permettra à la société américaine d'utiliser librement les contenus du journal pour entraîner son intelligence artificielle ; d'autre part, les revenus du journal seront augmentés et les journalistes pourront utiliser ChatGPT.

C'est une première en France, et la direction du Monde entend ainsi ouvrir la voie. "Nous espérons que cet accord marquera un précédent pour notre secteur", écrivent Louis Dreyfus et Jérôme Fenoglio dans leur éditorial

OpenAI pourra légalement aspirer tous les contenus du Monde (hors agences de presse et photos), et ChatGPT s'appuyer dessus pour répondre aux internautes. De quoi "améliorer sa pertinence grâce à un contenu récent et faisant autorité sur une large palette de sujets d’actualité et de prescriptions éditoriales", selon Le Monde. De l'autre côté, la contribution du journal sera explicitement mise en avant par les services d'OpenAI, avec "un logo, un lien hypertexte et le titre du ou des articles utilisés comme références". A priori, c'est gagnant-gagnant, d'autant que cela apportera au quotidien une "source significative de revenus supplémentaires" grâce aux droits voisins.

Le Monde cherche quand même à rassurer ses lecteurs, expliquant avoir augmenté sa charte d'éthique et de déontologie d'une partie sur l'intelligence artificielle : "Ce texte affirme notamment que les IA génératives ne peuvent être utilisées dans nos publications pour produire un contenu éditorial ex nihilo [à partir de rien — ndlr]. Elles ne peuvent pas non plus se substituer aux équipes éditoriales, qui forment le cœur de notre activité et de notre valeur. Notre charte autorise toutefois, dans des conditions strictement encadrées, le recours à l’IA générative comme outil d’assistance à la production éditoriale". Ceci étant dit, Louis Dreyfus et Jérôme Fenoglio ne cachent pas non plus leur enthousiasme, listant les potentiels usages de l'IA : "la mise au service du journalisme de la puissance de calcul de l’IA, le travail facilité, dans un temps raccourci, sur des données multiples dans le cadre d’enquêtes larges, la traduction de nos contenus écrits en format audio ou en langues étrangères".

Malgré tout, la direction promet de chérir "l'indépendance totale" de la rédaction, assurant que ce contrat de partenariat "n'entravera en rien la liberté d'enquête" des journalistes, ni sur le secteur de l'IA ni sur OpenAI. Que demande le peuple ?

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.