Restaurant clandestin : Le Canard enchaîné épingle les donneurs de leçon de BFMTV

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 04 mars 2021 - 13:17
Image
restaurant police
Crédits
STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Photo d'illustration
STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Alors que les contrôles policiers continuent pour empêcher les restaurants clandestins, la dernière surprise en date est de taille: des médecins ont été verbalisés et, un comble, des journalistes de BMFTV ont été surpris en flagrant délit dans un restaurant clandestin de la capitale.

Le Canard Enchaîné dans son édition du 3 mars, rapporte que le 24 février, peu avant minuit, des policiers ont effectué un contrôle dans un restaurant clandestin, situé à proximité du siège de la chaîne BFMTV, à Paris.

Une vingtaine de personnes, des journalistes de BFMTV, mais aussi des cadres de l’AP-HP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris), ainsi qu’un gradé de la brigade des sapeurs-pompiers ont été surpris à l'intérieur de l’établissement à la mode "Aux 3 Présidents", et verbalisés. Des avis en ligne récents concernant ce restaurant confirment en effet que l'on peut se restaurer sur place, et même jusqu'à 2h du matin.

Le restaurant "Aux 3 Présidents" est localisé au rez-de-chaussée du groupe Altice, propriété de BFMTV, RMC, et appartient en au PDG du groupe Patrick Drahi.

Les clients peuvent être sanctionnés, mais cela a-t-il été le cas des journalistes?

Dans un décret publié le 17 février 2021, l’exécutif a en effet durci les mesures contre les restaurants clandestins. Il sanctionne de manière générale « la violation par l’exploitant d’un établissement recevant du public » des règles sanitaires en vigueur. En théorie, toute personne qui entrera dans un établissement non autorisé à ouvrir s’expose à une amende de 135 euros. Alors que Marc-Olivier Fogiel, directeur de BFMTV, affirme qu'aucun de ses journalistes n’a été “arrêté”, le groupe Altice n'a pour l'instant fait aucun commentaire sur le sujet.  Le gérant du restaurant, quant à lui, aurait été placé en garde à vue pour mise en danger d’autrui.

BFM fait sa propre enquête… aucun de ses journalistes n’aurait été présent

Ce matin c’est au tour de Raphaël Maillochon, journaliste "police-justice" sur BFM de rajouter qu’après enquête, il s’avère qu’il n’y avait aucun journaliste de la rédaction ni consultant de la chaîne le 24 février au soir dans un restaurant parisien. Selon lui, vers 23h30, les policiers ont verbalisé plusieurs personnes qui fêtaient le pot de départ d’une employée d’un hôpital. Contacté par la rédaction de FranceSoir, celui-ci ne s'est pas rendu disponible pour amener des précisions sur la "enquête" précitée.

Ceci n’a pas manqué de susciter des messages ironisant sur le fait que cette information émane d’une “enquête” réalisée par BFM, avec comme conclusion une mise hors de cause de la chaîne et de ses journalistes! On y fait donc vraisemblablement de « bons festins médiatiques ».

Ironiquement, BFMTV traitait il y a près de trois mois le sujet ainsi :

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don