Un ancien cadre de Facebook interdit à ses enfants d'utiliser "cette merde" (vidéo)

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 12 décembre 2017 - 16:38
Image
Le logo du réseau social Facebook, qui vient de passer le cap des 2 milliards d'utilisateurs, sur un
Crédits
© LEON NEAL / AFP/Archives
Un ancien dirigeant de Facebook a dénoncé l'effet malsain des réseaux sociaux.
© LEON NEAL / AFP/Archives
Chamath Palihapitiya, un ancien dirigeant de Facebook, a alerté en novembre dernier sur les risques que peuvent causer les réseaux sociaux sur le long terme. Il a notamment expliqué qu'il avait interdit à ses enfants de les utiliser.

Il a tiré la sonnette d'alarme. Chamath Palihapitiya, un ancien dirigeant de Facebook, a alerté sur les risques que peuvent causer les réseaux sociaux sur le long terme, selon une information rapportée par le site The Verge. Pour lui, ils "font disparaître les fondamentaux du comportement des gens". C'est lors d’un débat organisé en novembre dernier à la Stanford Gratuate School of Business qu'il a tenu à mettre en garde les utilisateurs.

"Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social", a-t-il déclaré précisant qu'il éprouvait "beaucoup de culpabilité". Lors de son discours, il s'est notamment attaqué aux boutons "j'aime" et aux commentaires qui créent "des boucles fonctionnant sur la dopamine" et "détruisent le fonctionnement de la société". Nul doute selon lui: les utilisateurs sont "tous programmés" qu'ils le veuillent ou non.

C'est pourquoi, l'ancien salarié de l'entreprise de Mark Zuckerberg, qui a largement participé au développement et à la réussite de Facebook de 2007 à 2011, a préconisé une "vraie pause" avec le réseau social qu'il qualifie de "merde". Il a également expliqué, en parallèle, qu'il avait interdit à ses enfants de l'utiliser.

Et Chamath Palihapitiya n'est pas le seul à avoir averti les utilisateurs des méfaits des réseaux sociaux. En octobre dernier, Justin Rosenstein, l'un des créateurs du bouton "J'aime" de Facebook, avait décidé de prendre ses distances avec ces applications et plateformes. En cause: leur côté trop envahissant. En plein sevrage, il avait même été contraint de demander à son assistant de lui installer un système de contrôle parental sur son smartphone afin qu'il ne puisse plus télécharger de nouvelles applications du même type. 

A lire aussi - Facebook lance une version de Messenger pour enfants aux Etats-Unis

Même son de cloche pour Sean Parker, l'ancien président de Facebook, qui avait déjà mis en garde les internautes sur le site Axios. "Dieu seul sait ce qu'ils font aux cerveaux de nos enfants", avait-il ainsi déclaré en novembre dernier, suscitant l'inquiétude des parents notamment.

À LIRE AUSSI

Image
Facebook ouvre ce lundi de nouveaux bureaux à Londres, faisant de la capitale britannique son plus i
Facebook ouvre un nouveau site à Londres, 800 emplois créés
Facebook ouvre ce lundi de nouveaux bureaux à Londres, faisant de la capitale britannique son plus important centre d'ingénierie en dehors des Etats-Unis, avec à la cl...
04 décembre 2017 - 08:00
Image
Considérés au moment des Printemps arabes comme les porte-voix des aspirations démocratiques dans le
Facebook Messenger: vous pouvez désormais envoyer de l'argent à vos amis
Grâce à la nouvelle fonctionnalité de Facebook, en cours de déploiement, il est désormais possible depuis mardi soir de transférer de l'argent à ses amis directement s...
08 novembre 2017 - 13:45
Tendances éco
Image
Le logo du réseau social Facebook, qui vient de passer le cap des 2 milliards d'utilisateurs, sur un
Facebook: le créateur du "J'aime" en plein sevrage, il s'éloigne des réseaux sociaux
Justin Rosenstein, l'un des créateurs du bouton "J'aime" de Facebook, a décidé de prendre ses distances avec les réseaux sociaux. Comme d'autres grands noms de la Sili...
09 octobre 2017 - 12:52
Lifestyle
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don