Dans la manifestation parisienne, avec les gendarmes mobiles au cœur de la tactique "anti-casseurs"

Auteur:
 
Par Daphne ROUSSEAU - Paris (AFP)
Publié le 13 décembre 2020 - 12:28
Image
Des gendarmes mobiles en position entre les CRS et les manifestants anti-proposition de loi Sécurité globale, le 12 décembre 2020 à Paris
Crédits
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Des gendarmes mobiles en position entre les CRS et les manifestants anti-proposition de loi Sécurité globale, le 12 décembre 2020 à Paris
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Sous la bruine qui mouille la place du Châtelet, le briefing est studieux ce samedi midi pour les 60 gendarmes mobiles du capitaine Adrien. Autour d'eux, les manifestants commencent à affluer pour le départ d'une nouvelle journée de mobilisation contre la loi Sécurité globale.

Son escadron a été dérouté la veille pour venir encadrer le défilé prévu dans la capitale. Pour cette unité basée en Picardie, c'est la deuxième fois ce mois-ci.

Dans le véhicule de commandement, une équipe bien rodée. Le capitaine, 31 ans, et son pilote Kamel d'abord. Puis le transmetteur "Nounours", derrière l'ordinateur, un écran branché sur BFMTV, chargé de noter chaque ordre, déplacement, interpellation ou manœuvre de l'escadron.

Et il y a enfin "Spagget", qui reçoit dans son casque et partage en direct toutes les informations de la salle des opérations de la préfecture de police (PP), qui dirige la manœuvre des forces de l'ordre.

Ce samedi, la tactique "anti-casseurs" retenue par la PP est claire: empêcher toute formation des "blocs", ces petits groupes très mobiles qui, les deux dernières semaines, se sont greffés sur le cortège pour détruire des commerces et en découdre avec les forces de l'ordre.

Il s'agit donc pour l'escadron de filtrer et fouiller un maximum de manifestants dès le point de départ.

"On va s'intéresser aux jeunes, à ceux vêtus de noir, même si on sait maintenant qu'ils peuvent se changer en cours de manifestation, ainsi qu'aux équipements, casques, lunettes de protection, armes et projectiles", explique le capitaine Adrien. En cas de doute, l'identité du manifestant sera vérifiée, via une tablette numérique, dans le "fichier central".

- Pas de lacrymo -

Dehors, les slogans anti-police se déchaînent dans les haut-parleurs.

L'officier laisse glisser. "On est conscient que les gens sont à bout (...), qu'il peut y avoir des dérives. J'ai plus souvent des gens qui nous remercient que de gens qui montrent de l'hostilité. La haine anti-flic, c'est une minorité qui se fait entendre."

C'est l'heure de quitter le camion. "Un drapeau qui peut servir de point de ralliement à un bloc a été identifié", souffle le transmetteur. Son unité a pour mission d'appuyer les policiers de la BRAV (brigade de répression de l'action violente), chargés d'exfiltrer tout manifestant à l'attitude jugée "hostile".

"Casquez-vous!" En une fraction de seconde, deux colonnes de gendarmes mutiques se forment, prêtes à intervenir.

Un nouvel ordre tombe. Aujourd'hui, pas de gaz lacrymogène. "Il faut garder une visibilité totale" pour permettre cette stratégie de "bonds défensifs" dans la foule. La manifestation n'a pas encore bougé, et déjà 47 interpellations. En fin de journée, leur nombre avoisinera les 150.

Le cortège s'ébranle enfin. Toutes sirènes hurlantes, les véhicules se repositionnent 500 mètres plus loin en appui de la "nasse mobile", ce déploiement des forces de l'ordre en forme de U devant et sur les côtés du cortège.

La hantise des forces de l'ordre, "c'est que la manifestation se distende", explique le capitaine. "Si elle s'étend, les éléments hostiles peuvent profiter d'un étalement des forces de l'ordre pour créer des blocs".

- Pause "Whisky Charlie" -

L'omniprésence, spécialement ce samedi, des policiers et des gendarmes, même s'ils ne sont pas "au contact", risque à tout moment de déclencher des affrontements. Pour l'officier, c'est le moment de rappeler un principe-clé: "montrer la force pour ne pas avoir à l'utiliser".

Sur le terrain, il veille à l'image du déploiement de ses hommes. Surtout pas de mur "qui peut attirer les curieux ou les hostiles et créer un point de crispation".

Le capitaine vérifie aussi leur attitude et s'efforce de masquer tout signe de fébrilité. Ils sont rares, s'empresse-t-il d'ajouter, "grâce à la discipline militaire et une formation en groupe, qui permet de bien se connaître, de bien maîtriser ses émotions, qui permet d'éviter tout geste malheureux qui peut provoquer chez l'adversaire une réaction non désirée".

Après une rapide pause "Whisky Charlie" dans une pharmacie qui a bien voulu prêter ses toilettes aux gendarmes, retour au camion et direction place de la République, point d'arrivée du cortège.

Pour le capitaine Adrien, c'est sans doute le moment le plus "sensible de la journée". Il faut y faire le tri entre "bons et mauvais manifestants, à savoir ceux qui ne veulent pas répondre aux sommations de dispersion".

Ce samedi, son escadron est stationné hors de la place de la République en "deuxième rideau", loin de l'action. "On est beaucoup utilisés en défensif alors qu'on est très habitués à la mobilité, à la manœuvre", regrette le capitaine.

D'autres unités que la sienne se sont chargées de reprendre la place aux manifestants, sans incident majeur à signaler.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.