Déforestation en Amazonie : la Guyane surtout menacée par l'orpaillage

Auteur:
 
Par Tiphaine HONORE, Marion BRISWALTER - Cayenne (AFP)
Publié le 30 août 2019 - 17:53
Image
La forêt guyanaise à Matoury, près de Cayenne, le 24 août 2019
Crédits
© Tiphaine HONORE / AFP
La forêt guyanaise à Matoury, près de Cayenne, le 24 août 2019
© Tiphaine HONORE / AFP

En première ligne dans la lutte contre la déforestation en Amazonie, la France a elle-même à sa charge en Guyane une partie de cette forêt qui, plus que par les feux, est d'abord menacée par l'orpaillage.

Le président français Emmanuel Macron a fait des incendies qui dévastent actuellement la forêt amazonienne, notamment au Brésil, l'une des priorités du sommet du G7 à Biarritz. "Nous sommes tous concernés. La France l'est sans doute encore plus que d'autres autour de cette table, puisque nous sommes amazoniens" avec la Guyane, a-t-il dit.

La Guyane, située dans l'est de l'Amazonie, est couverte à 98% de forêts, incluant le plus grand parc de l'Union européenne, le Parc amazonien, dont les écosystèmes forestiers séquestrent plus d'un milliard de tonnes de carbone.

Alors que la déforestation est accusée d'être la principale responsable des feux actuels, la Guyane est plutôt préservée sur ce plan. Selon le bilan 2017 de l'Union internationale pour la conservation de la nature, "à la différence d'autres régions du bassin amazonien, la perte d'habitat forestier reste peu importante en Guyane, estimée à moins de 1% entre 2001 et 2015, soit environ 500 km2 déforestés".

"On perd du terrain avec l'orpaillage illégal, avec les projets de mine, avec le projet d'un second barrage hydroélectrique. Malgré tout, la forêt est là, quasiment omniprésente et je suis intimement persuadé que c'est unique sur la planète", confirme à l'AFP Maël Dewynter, membre du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel de la Guyane (CSRPN). "Nous, les Guyanais, sommes de sacrés privilégiés."

"La déforestation massive pour la conversion des terres et la dégradation des forêts pour l'industrie du bois ont tous deux des impacts minimes sur la forêt de Guyane", renchérit le centre d'étude de la biodiversité amazonienne de Cayenne.

Selon l'Office national des forêts (ONF), qui gère près d'un tiers du territoire, "l'artificialisation des terres se concentre sur une bande littorale". "Les savanes, les forêts de montagne" et les abords des bassins de population du fleuve Maroni sont aussi perturbés à un degré moindre, assure le président du CSRPN, Olivier Tostain.

Dans une tribune, le grand conseil coutumier des peuples amérindien et bushinengé de Guyane a rappelé que "le feu n'est pas le seul danger qui menace ou détruit l'Amazonie. L'extractivisme (exploitation industrielle de la nature) a sa grande part de responsabilité".

- 1.000 terrains de foot -

Il regrette, comme le collectif "Or de Question", qui réunit des associations environnementales opposées notamment au grand projet d'extraction minière Montagne d'Or (que le gouvernement a finalement abandonné), qu'Emmanuel Macron ait "attribué 360.000 hectares de forêt aux multinationales minières en Guyane".

Mais pour le sénateur LREM (parti présidentiel) de Guyane Georges Patient, favorable à l'activité aurifère légale, "360.000 hectares, ça représente à peine 4% du territoire guyanais".

"La Guyane est un territoire en grande difficulté économique, qui vit sur une économie qui s'appelle l'orpaillage. Il faut pouvoir changer ce modèle économique", a reconnu vendredi la ministre des Outre-mer Annick Girardin sur la radio Europe 1.

Au total, depuis 2003, le cumul de forêts détruites en Guyane à cause de l'orpaillage, légal ou illégal, s'élève à 29.000 hectares, a expliqué en juin à l'AFP Jean-Luc Sibille, de l'Office national des forêt (ONF).

Selon les estimations, pour plus de 11 tonnes d'or extraites chaque année (10 tonnes d'or relevant du trafic, 1 à 1,5 tonne déclarée par les artisans miniers guyanais), l'équivalent de 1.000 terrains de foot sont rasés. L'activité illégale menace aussi les populations sylvicoles de Guyane, avec des conséquences sur leur ressources alimentaires.

"On ne peut pas entendre M. Macron dire +il faut sauver la biodiversité amazonienne+ et qu'il continue, persiste et signe pour qu'en Guyane on puisse faire et mettre en place une filière minière industrielle", argumente le secrétaire régional de Guyane Écologie, Michel Dubouillé.

Si "on considère que l'humanité tout entière a besoin de l'Amazonie, qu'on aide ces pays à la maintenir en état", insiste le sénateur Patient, favorable comme la ministre des Outre-mer, à un "fonds international contre les feux de forêt et pour le reboisement" en Amazonie.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Blair
Tony Blair : de Bagdad à Davos, du caniche de Bush à un ersatz de Schwab
PORTRAIT CRACHE - Après avoir traîné son flair politique façon caniche de Bush sur les champs de bataille irakiens, Tony Blair, l'avocat devenu Premier ministre a su t...
15 juin 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.