Harcèlement sexuel : les eurodéputés appellent à briser le silence

Auteur:
 
Par AFP
Publié le 25 octobre 2017 - 16:55
Image
L'eurodéputée autrichienne Evelyn Regner et l'eurodéputé français Pascal Durand lors du débat sur le
Crédits
© PATRICK HERTZOG / AFP
L'eurodéputée autrichienne Evelyn Regner et l'eurodéputé français Pascal Durand lors du débat sur le harcèlement sexuel au Parlement européen, le 25 octobre 2017
© PATRICK HERTZOG / AFP

Les eurodéputés se sont joints mercredi aux appels à briser le silence sur le harcèlement sexuel, certaines élues évoquant même dans l'hémicycle leur expérience personnelle, dans le sillage de la vague de témoignages déclenchée par le scandale Weinstein.

"Moi aussi! J'ai subi du harcèlement sexuel, comme des millions d'autres femmes dans l'Union européenne", a déclaré devant ses homologues l'élue écologiste Terry Reintke, lors d'un débat en plénière à Strasbourg, précédant le vote d'une résolution prévu jeudi sur le sujet.

"Il est temps de dire clairement que nous ne devons plus avoir honte, ce sont les auteurs qui doivent avoir honte!", a ajouté la députée allemande. Avec d'autres élues, elle a commencé son intervention en brandissant une pancarte arborant le mot-dièse "#MeToo", qui fait actuellement florès sur les réseaux sociaux.

L'eurodéputée écologiste a appelé à des "mesures législatives" mais a aussi encouragé les hommes à "prendre la parole sur le sujet".

"J'avais 19 ans, à l'université. Lui en avait environ 70, un professeur, un intellectuel", a confié de son côté l'élue italienne Eleonora Forenza (GUE, gauche radicale), appelant à "lutter contre la culture machiste".

"Nous devons sortir les femmes de l'humiliation et de la honte dans laquelle elles sont, et nous devons tous ensemble cesser de fermer les yeux", a plaidé durant le débat l'eurodéputée française Elisabeth Morin-Chartier (PPE, droite), qui préside un comité dédié à la lutte contre le harcèlement en interne au sein du Parlemement.

- Des cas au Parlement -

Le débat de mercredi à Strasbourg a été organisé dans le sillage des révélations sur le célèbre producteur américain Harvey Weinstein, qui ont déclenché des témoignages partout dans le monde, relayés sur les réseaux sociaux sous des mots-dièse comme #metoo ou encore #balancetonporc en France.

Mais des cas au sein même de l'institution européenne ont été dénoncés dans la presse ces derniers jours.

Selon le service de presse du Parlement, une dizaine de cas ont été signalés au comité interne consacré aux assistants parlementaires accrédités et aux députés, mais sans dimension sexuelle.

En revanche, des "cas de harcèlement sexuel ou de viols" ont été rapportés directement auprès du département des ressources humaines du Parlement, débouchant sur des "sanctions" et des "mesures disciplinaires", selon des sources parlementaires.

Pour l'élu socialiste français Edouard Martin, "dans ce Parlement européen, il n'y a pas plus de harcèlement qu'ailleurs, mais il n'y en a pas moins non plus". Il a réclamé un "audit externe qui évaluerait l'ampleur du phénomène".

L'une des assistantes de M. Martin, Jeanne Ponté, a recensé depuis 2014 près de 50 comportements sexistes au sein du Parlement - dont elle a été témoin elle-même ou qu'on lui a rapportés.

"Cela va du comportement de bas étage à des épisodes où on nous prend pour la secrétaire du bureau. On doit prouver notre légitimité davantage qu'un collègue masculin", a expliqué à l'AFP Mme Ponté.

"Aujourd'hui, je suis optimiste, il y a une prise de conscience, beaucoup de femmes parlent. Ce n'est d'ailleurs pas forcément la parole qui se libère, c'est plutôt que les oreilles sont davantage à l'écoute", a-t-elle ajouté.

- 'Porc en puissance' -

Les nombreuses élues qui ont pris la parole en plénière -- et quelques hommes, également -- ont insisté sur la nécessité d'une prise de conscience du phénomène, y compris parmi les hommes.

"Cependant, aussi horribles que ces actes puissent être, ils ne peuvent justifier la mise au pilori sur la place publique de présumés coupables", a nuancé l'élue europhobe française Mylène Troszczynski, insistant sur la nécessité d'un traitement judiciaire du problème.

"Les femmes doivent porter plainte sans crainte et les accusés se défendre au tribunal (...) Le fameux hashtag #BalanceTonPorc est révélateur de l'erreur que nous ne devons pas commettre: confondre lynchage médiatique et justice", a estimé cette élue membre du Front National (FN), estimant qu'il ne fallait pas faire "de chaque homme ou chaque garçon un porc en puissance".

Les eurodéputés voteront jeudi en plénière une résolution envisageant les mesures à prendre pour mieux lutter contre le harcèlement sexuel dans l'Union européenne.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.