La républicaine Nikki Haley candidate à la présidentielle américaine de 2024

Auteur:
 
Camille CAMDESSUS - Charleston
Publié le 14 février 2023 - 20:35
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Crédits
AFP/Archives - Olivier Douliery
La républicaine Nikki Haley à la Maison Blanche, le 9 octobre 2018
AFP/Archives - Olivier Douliery

Nikki Haley s'est lancée dans la course à l'élection présidentielle américaine de 2024. La républicaine devient la première candidate notable à défier Donald Trump. Haley a été gouverneure de Caroline du Sud et ambassadrice américaine auprès des Nations unies.

"Je suis candidate à l'élection présidentielle", a déclaré la quinquagénaire, dans une vidéo à ses partisans. L'ancienne diplomate, justement nommée à l'ONU en 2017 par Donald Trump, était pressentie depuis plusieurs semaines pour annoncer son entrée dans la compétition pour la Maison Blanche. Elle sera, selon toute vraisemblance, l'une des seules femmes à se présenter à l'élection.

"Nouvelle génération"

Dans son message, l'ancienne gouverneure de Caroline du Sud appelle à une "nouvelle génération de dirigeants", critiquant au passage le bilan des républicains lors des dernières élections, où Donald Trump, 76 ans, était faiseur de rois. L'ex-président des États-Unis a rapidement réagi à l'annonce de Nikki Haley, souhaitant "bonne chance" à la candidate, sans manquer de souligner qu'elle s'était par le passé engagée à ne pas se présenter contre lui.

"Je lui ai dit qu'elle devrait suivre ce que dicte son cœur et faire ce qu'elle voulait", a-t-il affirmé dans un communiqué transmis à l'AFP, non sans une certaine ironie. Englué dans une série d'affaires, l'ex-magnat de l'immobilier, lui aussi candidat depuis le 15 novembre, ne profite pour l'instant pas de la dynamique de campagne qu'il espérait. Et après avoir fait cavalier seul durant trois mois, le milliardaire voit progressivement les républicains fourbir leurs armes.

Nikki Haley avait promis une "annonce spéciale" mercredi à ses partisans à Charleston, en Caroline du Sud où des ouvriers s’affairaient encore à installer enceintes et estrades, lundi soir. Elle y prendra la parole dans son premier grand meeting inaugurant sa campagne. Son site de campagne proposait déjà mardi matin t-shirts, tasses et casquettes à son nom.

"Chance incroyable"

"Même dans nos jours les plus sombres, nous avons une chance incroyable de vivre en Amérique", affirme dans son clip de campagne cette fille d'un couple d'immigrés indiens, qui a grandi dans une petite ville de Caroline du Sud. Mais le président démocrate Joe Biden et l'"establishment" de Washington ont un bilan "épouvantable", regrette la républicaine.

Selon les enquêtes d'opinions - à prendre bien sûr avec précaution - Nikki Haley n'est toutefois pas nécessairement la plus grande menace pour Donald Trump. L'ancien vice-président de Donald Trump, Mike Pence, son ex-chef de la diplomatie, Mike Pompeo, les gouverneurs de Virginie et du New Hampshire... de nombreux républicains envisagent une possible annonce prochaine de leur candidature.

Dans sa course pour l'investiture républicaine, Nikki Haley devra d'ailleurs probablement affronter un concurrent venant directement de son État: le sénateur de Caroline du Sud Tim Scott qui flirte lui aussi très ouvertement avec une candidature. Hasard du calendrier? L'élu afro-américain participera lui aussi à un événement dans la ville balnéaire de Charleston cette semaine.

Mais les projecteurs sont surtout braqués sur Ron DeSantis, gouverneur de Floride et étoile montante du parti, placé en tête des intentions de vote dans certains sondages. Lui non plus ne s'est pas officiellement lancé dans la course. La bataille pour l'investiture républicaine promet donc d'être âpre.

"Popcorn"

Donald Trump, Nikki Haley, ou un(e) autre... Le candidat choisi par le camp républicain à l'issue de primaires affrontera en novembre 2024 celui désigné par le parti démocrate.

"L'annonce de Haley donne officiellement le coup d'envoi de la primaire désordonnée des trumpistes de 2024, à laquelle on s'attendait depuis longtemps", a jugé le chef du parti démocrate, Jaime Harrison. "Sortez le popcorn", a-t-il ajouté, sous-entendant qu'il y aurait de l'action et des victimes comme dans une superproduction d'Hollywood.

Côté démocrate, le président Joe Biden dit jusqu'ici avoir "l'intention de se représenter", et a promis de rendre sa décision publique au début de l'année. Petit à petit, l'architecture de sa possible candidature commence, elle aussi, à prendre forme. Aucun démocrate ne s'est manifesté pour le défier.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
bayrou
François Bayrou, baladin un jour, renaissant toujours
PORTRAIT CRACHE - François Bayrou, député, maire de Pau et plusieurs fois ministres, est surtout figure d’une opposition opportuniste. Éternel candidat malheureux à la...
20 avril 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.