Le laboratoire Pfizer change de patron, dans la continuité

Auteur:
 
Par AFP - Paris
Publié le 01 octobre 2018 - 14:55
Image
Devant le siège de Pfizer à New York. Comme tous les géants du secteur, Pfizer fait face à la perte des brevets de ses anciens "blockbusters"
Crédits
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives
Devant le siège de Pfizer à New York. Comme tous les géants du secteur, Pfizer fait face à la perte des brevets de ses anciens "blockbusters"
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives

Le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer a annoncé lundi dans un communiqué le départ de son patron Ian Read, qui sera remplacé à partir du 1er janvier 2019 par Albert Bourla, actuel directeur des opérations du groupe.

Ce remplacement se fait dans la continuité puisque M. Read, qui a occupé ce poste pendant huit ans, gardera des fonctions de président exécutif au sein du conseil d'administration.

"Le moment est venu d'un changement de direction", a commenté Ian Read, cité dans un communiqué, à propos de son successeur âgé de 56 ans.

Pfizer énumère dans son communiqué les succès ayant jalonné les huit années passées par M. Read à la tête du premier laboratoire pharmaceutique américain: 30 autorisations de mise sur le marché pour des médicaments qui pourraient être suivies de 25 à 30 supplémentaires d'ici 2022, "plus de 120 milliards de dollars directement reversés aux actionnaires" et "une augmentation de 70% du dividende".

"Cette annonce n'est pas une surprise après la promotion d'Albert Bourla en novembre 2017 comme directeur des opérations, un poste nouvellement créé", note Geoff Meacham, analyste pour Barclays cité par Bloomberg.

"Il est clair qu'un plan de succession avait été mis en place depuis longtemps et nous pensons que l'impact devrait être jugé favorablement par les investisseurs", ajoute-t-il.

A 15H55 GMT, le titre de Pfizer prenait en effet 0,92% à 44,47 dollars à Wall Street.

Comme tous les géants du secteur, Pfizer fait face à la perte des brevets de ses anciens "blockbusters" comme le Viagra, retombé dans le domaine public. Dans son communiqué lundi, le groupe estime avoir perdu 23 milliards de dollars de chiffre d'affaires en raison de ces brevets perdus.

En mai, le laboratoire avait écarté l'idée de scinder l'entreprise en deux entités indépendantes et assuré ne pas avoir besoin de réaliser d'acquisition majeure pour accélérer ses ventes et ses bénéfices.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.