Dunkerque, terre industrielle, se bâtit un avenir touristique

Auteur:
 
Par Zoé LEROY - AFP
Publié le 27 juillet 2023 - 14:05
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Dunkerque
Crédits
Pixabay
Pixabay

DÉPÊCHE — Dunkerque, ses hauts fourneaux, sa fonderie, son port de commerce... et ses milliers de visiteurs. Depuis une dizaine d'années, cette cité industrielle en bord de mer mise aussi sur le tourisme, tâchant d'anticiper dès maintenant les répercussions sur son environnement.

Villas fantaisistes de la Belle Époque, restaurants et marchands de glaces bordent le front de mer de Malo-les-Bains, station balnéaire de Dunkerque. Les cabanes de plage bigarrées jonchent une vaste étendue de sable fin. À l'est, la plage s'étale jusqu'en Belgique, à l'ouest les industries fument.

Dans cette ville à une heure de Lille, le tourisme était "quasiment inexistant" en 2014, relève le maire Patrice Vergriete (DVG), tout nouveau ministre du Logement. "On s'était mis dans la tête qu’un bassin industriel ne pouvait pas avoir d'ambition touristique."

Dix ans plus tard, la région a le vent en poupe : selon la Communauté urbaine de Dunkerque (Cud) et l'office de tourisme, le nombre de visiteurs sur la zone a progressé en 2022 de 33% par rapport à l'été 2021, avec 131.425 personnes.

Entre 2011 et 2021, le nombre de lits a, lui, augmenté de 205% en résidence de vacances et de 20% en hôtellerie, selon cette même étude.

L'offre hôtelière est aussi montée en gamme, notamment avec l'arrivée du Radisson Blu, hôtel quatre étoiles sur le front de mer, et quelque 2.470 salariés travaillent désormais dans le secteur sur le territoire.

Baron noir

À l'origine de ces chiffres, un pari de l'agglomération, qui finance entre 2016 et 2020 quelque 30 projets touristiques, dont la requalification de la digue de la mer (9,9 millions d'euros) et l'aménagement d'un terminal ferry transmanche (13,7 millions d'euros).

La station de Malo-les-Bains est "remise au goût du jour" avec "l'installation de terrasses sur le sable", note Patrice Vergriete.

"On a retravaillé l'image négative de la ville, associée à la crise industrielle et à la météo défavorable", se félicite le maire, qui explique aussi cet élan touristique par le "bus gratuit" mis en place par la municipalité depuis plusieurs années, les "tournages" (Dunkerque de Christopher Nolan ou la série Baron noir) ou encore "les événements culturels".

Pour Didier Arino, directeur général du cabinet Protourisme, la taille du bassin de population alentour joue aussi en faveur de Dunkerque, 72 % des visiteurs étant Français et majoritairement des Hauts-de-France, selon l'office du tourisme.

Il relève aussi des "prix pratiqués plus abordables" ainsi que "des températures qui ne sont pas caniculaires". C'est une destination "anti-crise et anti-chaleur", résume-t-il.

En témoigne cette famille de Lyonnais venue passer une semaine à Dunkerque. "Chaque été on monte dans le Nord, je ne suis pas friande de la chaleur", relate la mère de famille, Mélanie Letter, 43 ans, venue en train après une visite des châteaux de la Loire.

"Ambiance plus détendue"

"C'est aussi une ambiance plus détendue, nous ne sommes pas collés comme sur les plages du sud", estime l'éducatrice en insertion, loin d'être découragée par la semaine de pluie annoncée : "On se baladera".

Lors des derniers longs weekends de mai, "les hôtels refusaient du monde, c'est impressionnant", affirme Eric Dubois président de L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (l'Umih) Flandres Littoral.

Son restaurant, Le grand Morien, en centre-ville, enregistre une augmentation de son chiffre d'affaires de 20% depuis les transformations de la commune.

Mais la ville veut à tout prix s'épargner "les problématiques de surtourisme", assure Delphine Taleux, directrice de l'office du tourisme.

"Nous sommes loin du niveau de Saint-Tropez, mais on en tient compte dès maintenant dans nos stratégies", en développant par exemple "le tourisme sur les avants et après saisons", ajoute-t-elle.

Cette année, "nous n'avons pas fait de campagne de communication pour la période estivale", afin d'"éviter les problèmes de saturation et de dégradation de la faune, de la flore et des conditions de vie de chacun".

Autre problématique, relevée par un élu d'opposition, Claude Nicollet : les locations Airbnb, qui renverraient "les habitants en dehors des centres-villes", au moment où Dunkerque s'apprête à "accueillir des milliers de nouveaux emplois" avec l'implantation d'usines de production de batteries électriques.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.