ETIAS: une autorisation de voyage pour les visiteurs non européens

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 13 juillet 2022 - 17:25
Image
Contrôle sur les passagers à Roissy, le 12 mai 2020
Crédits
© ERIC PIERMONT / AFP/Archives
Une pompe à données étrangères ?
© ERIC PIERMONT / AFP/Archives

À compter de mai 2023, tous les voyageurs non membres de l'Union européenne (UE) souhaitant se rendre à l'intérieur de l'espace Schengen devront demander l'autorisation de voyage "European Travel Information and Authorization System" (ETIAS), conçue pour limiter le risque terroriste.

Pour rappel, il existe actuellement 61 pays (Argentine, Australie, Brésil, Canada, Israël, Japon, Pérou, Singapour, Corée du Sud ou encore Émirats arabes unis et États-Unis...) non membres de l’Union européenne, mais exemptés de visa pour se déplacer dans l’espace Shengen, à des fins commerciales, médicales ou pour faire du tourisme, d’une durée maximale de 90 jours.

Une mesure numérique contre le terrorisme

Pour mieux gérer les flux de visiteurs traversant les frontières de l'UE, et pour faire en sorte que voyager à l’intérieur des frontières européennes soit une expérience plus sûre, l’Europe s’est inspirée de l’ESTA (Electronic System for Travel Authorization) américain, une autorisation de voyage électronique valable deux ans.

Officiellement, elle vise à renforcer la sécurité face au terrorisme, tout en rendant plus facile l’obtention de l’autorisation de voyage, sans se limiter à l’expédition des visas. Mais pour obtenir une telle autorisation, chaque voyageur sera soumis à une vérification exhaustive qui permettra de déterminer s’il peut être autorisé à entrer dans un pays de l’espace Schengen. Le système ETIAS s’assurant qu'aucun entrant ne représente une menace pour la sécurité, un nombre gigantesque de données étrangères sera amassé.

Lire aussi : Bientôt une base de données pour la reconnaissance faciale européenne

Comme l’ESTA, cette autorisation prendra la forme d’un système entièrement électronique, qui permet ni plus ni moins que de suivre les visiteurs dans la zone Schengen. L’ETIAS centralisera, suivra et mettra à jour les informations nécessaires concernant les visiteurs, de sorte qu'il soit possible de vérifier à tout moment le statut "non dangereux" des visiteurs.

Une autorisation à demander en ligne

Tous les candidats, même les mineurs, devront remplir un formulaire de demande en ligne. Selon le site de l'espace Shengen, le formulaire ne devrait prendre que dix minutes à remplir. Après cela, si le candidat n’est pas identifié comme un danger, il pourra payer les frais et soumettre la demande aux autorités compétentes. Le voyageur se verra ensuite attribuer le document en question, qui sera valable pendant trois ans, à compter de la date d’émission.

À LIRE AUSSI

Image
Cour européenne des droits de l'homme
Les "Navigants libres" saisissent la Cour européenne des Droits de l'Homme
Pour lutter contre la vaccination obligatoire au sein de leur profession, les "Navigants libres" se lancent aujourd'hui dans une procédure auprès de la Cour européenne...
15 février 2022 - 19:28
Politique
Image
Ursula von der Leyen
Ursula von der Leyen, la nouvelle Victoria Nuland
TRIBUNE — Victoria Nuland, actuelle sous-secrétaire d’État américaine, est obligée de conserver un profil bas. Qu’à cela ne tienne. Depuis, elle a avantageusement été ...
09 avril 2022 - 20:06
Opinions
Image
ticket
La fin des tickets de caisse, cheval de Troie de la collecte de données
Accusés de nuire à l'environnement, voire même de représenter un danger pour la santé à cause des perturbateurs endocriniens qu'ils contiennent, les tickets de caisse ...
13 juillet 2022 - 16:25
Lifestyle
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don