5 conseils pour bien préparer son Erasmus

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 31 mai 2016 - 18:26
Mis à jour le 11 juin 2016 - 12:20
Image
Romain Duris Film L'Auberge Espagnole
Crédits
©Bac Films
Dans le film de Cédric Klapisch "L'auberge espagnole" (2002), le Français Romain Duris (debout à gauche) et la Belge Cécile de France (3e en partant de la droite) se retrouvent à Barcelone dans le cadre du programme Erasmus, avec d'autres étudiants.
©Bac Films
Le programme Erasmus+ attire chaque année de plus en plus d'étudiants. Qu'importe le pays d'accueil choisi, les complications et les bonheurs rencontrés sont les mêmes pour tout un chacun. "FranceSoir" vous livre 5 conseils pour ne pas être désemparé.

Le séjour à l'étranger est devenu une étape clé dans la vie d'un étudiant. Presque 300.000 étudiants européens partent chaque année grâce au programme Erasmus+, qui permet d'effectuer un ou deux semestres dans une université européenne ou encore de partir en stage en entreprise. Les trois destinations les plus prisées des étudiants sont l'Espagne, l'Allemagne et la France. A ce stade de l'année, les étudiants français sont pour la plupart au courant s'ils ont été sélectionnés pour ce programme ou non, et il ne leur reste que quelques mois avant ce grand voyage... FranceSoir vous livre 5 conseils afin de bien préparer votre séjour Erasmus.

> Chercher un logement à l'avance

Souvent, les universités d'accueil proposent des logements étudiants, mais les places sont comptées... Il peut être compliqué d'avoir l'occasion d'aller dans le pays avant le grand départ mais c'est angoissant d'arriver sans savoir où aller, donc le mieux est de trouver son logement à l'avance, en allant sur les différents sites, en s'inscrivant sur les groupes Facebook ou en discutant avec les étudiants ayant profité du programme Erasmus auparavant.

Connaître le marché immobilier de la ville où l'on se rend est essentiel: les différents quartiers, les taxes à payer pour le gaz et l'électricité, etc. Dans les villes de province, il est généralement plus simple de se loger que dans les capitales (Madrid, Londres, Berlin…). Il est primordial de se demander si l'on préfère être seul ou non: la colocation offre l'avantage de pratiquer la langue, d'apprendre à vivre en communauté et de réduire les risques de solitude. Mais augmente aussi les risques de mauvaises surprises...

> Bien gérer les détails techniques

L'euphorie du départ peut parfois faire oublier certains détails techniques, comme prendre rendez vous avec son banquier pour savoir s'il y a un partenariat avec une banque étrangère, les frais supplémentaires en cas de paiement avec sa carte, etc...

Le forfait téléphonique ne doit pas être oublié non plus, car continuer de le payer pourrait s'avérer coûteux sur six mois ou un an. Il est problématique d'être engagé sur une longue période, cela rend impossible de résilier le forfait, les opérateurs proposent souvent de suspendre le forfait pour quelques temps pour le reprendre une fois de retour.

Enfin et surtout, l'université. Même si les cours ont probablement été choisis au préalable, il n'est pas impossible de les modifier une fois sur place. Il est élémentaire de se renseigner sur les professeurs, afin de savoir s'ils ont une manière particulière de noter les étudiants Erasmus, par exemple.

> Apprendre la langue

Beaucoup d'universités européennes donnent leurs cours en anglais bien qu'elles ne se trouvent pas dans des universités anglophones, notamment les pays nordiques et quelques pays de l'Est. Mais cela ne signifie pas être exempt d'apprendre leur langue d'origine.  

Penser que le reste de l'Europe s'exprime mieux que les Français en anglais peut être une erreur. En Allemagne, même si les cours de l'université seront en anglais, apprendre la base de la langue allemande est utile dans la vie quotidienne, pour ne pas se faire détester des commerçants par exemple...

Afin de se perfectionner, les cours privés des organismes sont souvent très coûteux et il est préférable de passer par les universités, d'accueil ou d'origine, qui proposent souvent des cours de préparations gratuits. Les applications développées aujourd'hui comme Babbel (5,55euros par mois pendant six mois) et Duolingo sont aussi très efficaces. Enfin, afin de faire une petite pause tout en se faisant plaisir: regarder les films et séries du pays d'accueil en version originale, sous-titrés ou non. Bien qu'il soit difficile d'en comprendre le contenu, le but est de faire son oreille à la tonalité, à l'accent de la langue.

> Se fixer un budget 

Il est important de réfléchir à la manière dont vous le séjour se financera. Peut être trouver un job étudiant une fois sur place, faire un prêt ou encore économiser.     

Peu importe la somme dont vous disposez, une fois sur place il faudra se fixer un budget: loyer, charges, courses, loisirs… Cela permet de gagner en maturité et d'apprendre à se serrer la ceinture!

> Entretenir ses relations

Beaucoup d'appréhension accompagne un séjour étudiant à l'étranger. Notamment lorsque l'on a jamais vécu seul et que l'on quitte papa-maman. Mais les relations du pays d'origine, notamment amoureuses, ne doivent pas être un frein pour le séjour. Beaucoup de gens arrivent à maintenir une relation à distance, ce qui peut être dur par moment mais permet de renforcer les liens. Une fois sur place, certains étudiants ne souhaitent plus repartir et rencontrent l'âme sœur dans le pays d'accueil, comme le montre l'expansion des bébés Erasmus ces dernières années.  

Partir avec un ou une ami(e) est rassurant mais il y a un risque de moins s'ouvrir sur les autres et surtout, de ne pas pratiquer la langue du pays. Il est essentiel d'être sociable, de ne pas jouer au Français renfrogné et de profiter. Il existe souvent des réunions d'étudiants Erasmus, des soirées, etc.

Le plus important est d'avoir confiance en soi durant ce séjour, les coups de blues seront de la partie et peut-être plus difficile à gérer que d'habitude -mais c'est justement le but. 

 

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.