Agressions au GHB : la vente de "préservatifs" pour verres explose

Agressions au GHB : la vente de "préservatifs" pour verres explose

Publié le 18/11/2021 à 14:15
Drink Watch / Instagram
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Avec la rentrée universitaire, les cas d’agressions suite à des empoisonnements au GHB, aussi connu comme la « drogue du violeur », se sont multipliés. Ce psychotrope incolore, inodore et indétectable au goût peut être glissé dans le verre des victimes afin de leur faire perdre connaissance et d'abuser d’elles. Ce stupéfiant a aussi été surnommé « l’ecstasy liquide » dans les années 1990, en raison de son utilisation festive. Aujourd’hui, des malfaiteurs obtiennent du GBL à partir d’un solvant à peinture (interdit mais plus accessible), qui se transforme en GHB une fois dans l’organisme. En versant quelques gouttes dans les verres des victimes, l’agresseur réussit à les droguer, pour ensuite les manipuler, voler, voire profiter sexuellement d’elles. Face à la prolifération de ces agressions, et pour "retrouver impérativement la liberté de s’amuser dans les lieux de nuit", des manifestations ont eu lieu ce week-end à Bruxelles, accompagnées d’un mouvement en ligne symbolisé par le mot-dièse #balancetonbar. Pour les mêmes raisons, la commande de capuchons pour verre, aussi appelés “préservatifs” pour verre, explose.

Un préservatif pour verre, la solution des patrons de discothèque contre l’introduction de substances illicites dans les verres

Le créateur de DrinkWatch, Antoine Dehay, qui a eu l'idée de cet article en 2020 comme solution à toutes les formes de soumission chimique, a vu croître ses ventes avant même que l’on commence à reparler du GHB sur les réseaux sociaux et dans la presse. À Avignon, Marseille, Montpellier, Reims, Tours, les patrons de bar de nombreuses villes signalent des cas de contamination, et passent commande pour s’approvisionner en protecteurs de verres. L’objet, fait de silicone alimentaire étirable, s’adapte à tous les types de verre et réduit instantanément les risques de contamination, en protégeant les verres des victimes contre les intrusions.

Le capuchon n’est pas toujours suffisant

Malheureusement, protéger les verres n’est pas toujours suffisant. Le mouvement de protestation contre les agressions est né suite à la mise en cause d’un employé de deux cafés très fréquentés de Bruxelles qui, en abusant du contrôle sur les verres aurait drogué plusieurs étudiantes et abusé d’elles. Il est donc important de faire attention à son verre avant même qu’il ne soit servi… Une enquête est en cours en Belgique pour tirer cette affaire au clair. 

Le mouvement #balancetonbar cherche un changement de paradigme

Selon Anna Toumazoff, militante qui a participé à la manifestation de vendredi dernier a Bruxelles, le serveur, qui a fait l'objet de 17 plaintes pour viol, a seulement été changé d'établissement par son patron. Pour pousser les bars à offrir un cadre plus sûr, le mouvement #balancetonbar souhaite exercer une pression économique pour que les choses changent. "Si vous ne nous protégez pas, on arrête de sortir" explique le collectif. Alors qu’en Belgique, les policiers vont être mieux formés, et que le Code pénal est en train d’être modifié, ce collectif espère que sa mobilisation pourra aider à permettre de mieux écouter les femmes, qui elles peinent à porter plainte, car ce type d’agression n’est pas toujours détecté par les victimes, qui confondent leur vécu avec un possible abus d'alcool.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La commande de capuchons pour verre, aussi appelés “préservatifs” pour verre, explose.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-