Des micros à Saint-Etienne pour surveiller un quartier difficile

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faite un don !

Des micros à Saint-Etienne pour surveiller un quartier difficile

Publié le 01/03/2019 à 14:52 - Mise à jour à 15:06
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

A partir de ce mois de mars, plusieurs dizaines de micros vont être installés dans un quartier difficile de Saint-Etienne pour renforcer la vidéosurveillance. Ils capteront les bruits suspects mais la mairie jure que les conversations ne seront pas enregistrées.

L'information a d'abord été dévoilée par la presse locale au début du mois (voir ici) avant d'émerger dans les médias nationaux et de provoquer un certain émoi: à partir du mois de mars des micros vont être déployés dans un quartier difficile de la ville de Saint-Etienne. Ils viendront appuyer les caméras de surveillance déjà présentes.

Les micros qui seront installés dans le quartier de Tarentaize-Beabrun-Couriot auront des capteurs à peine plus gros qu'une pièce de deux euros et auront pour but, officiellement, d'enregistrer les sons suspects comme un choc ou un bris de verre. Une alerte sera alors envoyée aux agents chargés de la surveillance pour qu'ils vérifient avec les caméras ce qu'il se passe.

Lire aussi: L'Afrique dans le viseur de la vidéosurveillance dernier cri

La municipalité a assuré que les micros n'auront pas d'autres missions que ce simple rôle de vigie "sonore" et surtout qu'ils sont incapables d'enregistrer les conversations. Les fréquences des discussions humaines seraient trop basses pour pouvoir être captées par les appareils qui seront installés, assure la mairie.

Pas sûr que cela suffise à rassurer les plus sceptiques sur le respect de leur vie privée. L'opérateur qui a remporté le marché s'appelle Serenicity, une start-up basée à Saint-Etienne. Mais elle a sous-traité la fabrication des capteurs sonores à une société américaine, Analog Devices., qui réalise 5 milliards de dollars de chiffres d'affaires et est en plein développement en Chine, pays qui a entièrement mis sous fichage vidéo sa population.

Voir aussi:

Videosurveillance: une école épinglée par la Cnil se mettra en règle

Abattoirs: la vidéosurveillance ressuscitée, mais pour combien de temps?

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les micros viendront renforcer la vidéosurveillance à Saint-Etienne.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-