Devenir gendarme : tout savoir sur les concours

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 06 février 2019 - 13:38
Mis à jour le 22 février 2019 - 11:42
Image
Un gendarme à Balma, en Haute-Garonne, le 9 mars 2018
Crédits
© PASCAL PAVANI / AFP/Archives
La gendarmerie, une carrière qui accueille de nombreux jeunes.
© PASCAL PAVANI / AFP/Archives

Partenaire - Devenir gendarme est un rêve pour de nombreux jeunes. Cette carrière militaire offre en effet des possibilités de carrière à tous les niveaux de formation, avec des conditions de travail avantageuses. Reste à passer les concours pour les postes de sous-officier et d'officier, généralement organisés à l'automne.

Les perspectives d'emploi ne se tarissent pas dans la gendarmerie qui offre encore chaque année aux jeunes qui rêvent de revêtir l'uniforme la possibilité d'accomplir leur vocation, et cela pour tous les niveaux de qualification. Vous envisagez une carrière? Il existe différents éléments à connaître sur les concours de la gendarmerie. 

Entrer dans la gendarmerie

Il convient de respecter certaines conditions pour devenir gendarme. La porte d'entrée la plus accessible à la carrière est le concours pour devenir gendarme adjoint volontaire. Les sélections se déroulent toute l'année et permettent d'avoir une première expérience dans la gendarmerie en assistant les sous-officiers dans leur mission. Les postes sont accessibles pour tous les candidats sans aucune condition de diplôme, même si la rémunération reste le point noir: 812 euros nets et 224 euros d'"allocation alimentation".

Les différents concours de la gendarmerie

Les deux principaux concours, hors postes spécialisés, sont ceux de sous-officier et d'officier de la gendarmerie, correspondant chacun à deux niveaux de qualification différents. Pour devenir sous-officier, il faut être âgé de 18 à 35 ans maximum, être en règle avec les obligations militaires et être titulaire du baccalauréat ou d'un diplôme de niveau équivalent. A l'issue de la formation (rémunérée), les sous-officiers débutant leur carrière obtiendront un salaire d'au minimum 1.700 euros bruts pour un célibataire sans enfant affecté en province.

La voie royale pour intégrer la gendarmerie reste le concours d'officier qui permet dès le début de sa carrière d'encadrer d'autres reste le concours d'officier. L'âge limite pour se présenter au concours est cependant fixé, lui, à 27 ans. Et le niveau de diplôme permettant de se présenter aux examens est élevé: il faut être titulaire d'un master ou d'un diplôme équivalent. L'obtention du concours permet une intégration dans la vie active à un niveau de salaire intéressant en sortie d'école de 1.700 euros bruts pour un célibataire sans enfant affecté en province au grade de sous-lieutenant, mais les évolutions sont plus rapides vers les postes de lieutenant ou de capitaine –bien rémunérés– que l'avancement prévu pour ceux qui débutent comme sous-officier.

Quand faut-il s'inscrire pour le concours de la gendarmerie?

Pour les postes d'officier et de sous-officier, les épreuves du concours ont généralement lieu au début du mois d'octobre. Les inscriptions pour la session de 2019 sont déjà terminées. Il faudra maintenant attendre les épreuves en 2020 et faire face à la hausse croissante du niveau des candidats, de nombreux postulants pour devenir sous-officier ont en réalité bien plus que le bac.

Des jeunes toujours plus intéressés par le métier de gendarme

La popularité des métiers de la gendarmerie chez les jeunes, vivier de candidat potentiel, ne se dément pas. La période d'attentats ayant frappé la France, notamment depuis 2015, a d'ailleurs ravivé les vocations rendant de fait le concours beaucoup plus compétitif.

Les jeunes candidats sont attirés par la possibilité de rejoindre un métier de service en ayant le statut de militaire tout en pouvant effectuer de l'investigation criminelle. Mais le métier offre aussi d'autres avantages faisant de gendarme une position enviable: la sécurité de l'emploi, la possibilité de bénéficier d'un logement de fonction, neuf semaines de congés payés et la possibilité de faire valoir ses droits à la retraite à l'âge de 58 ans. Soit autant d'avantages –en plus d'une rémunération ascendante tout au long de l'avancement– que bien peu de secteurs peuvent aujourd'hui offrir à des jeunes, y compris pour ceux qui ont atteint un niveau de qualification élevé. De quoi renforcer les vocations de ceux qui cherchent une carrière permettant une bonne intégration dans la société.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.