SNCF : les syndicats de cheminots se donnent du temps pour une éventuelle grève

Auteur:
 
Par Elisabeth ROLLAND - Paris (AFP)
Publié le 27 février 2018 - 13:46
Mis à jour le 28 février 2018 - 00:38
Image
Les syndicats de cheminots prêts à une grève dure pour protester contre la réforme du gouvernement
Crédits
© JOEL SAGET / AFP/Archives
Les syndicats de cheminots prêts à une grève dure pour protester contre la réforme du gouvernement
© JOEL SAGET / AFP/Archives

Les syndicats de la SNCF ont décidé mardi de donner une chance à la concertation avec le gouvernement sur son projet de réforme du groupe public, avant d'arrêter, le 15 mars, une éventuelle date de grève.

"Si le 15 (mars), nous constatons que le gouvernement est dans la logique d'un passage en force, c'est-à-dire qu'il maintient son projet en l'état, alors il y aura grève à la SNCF", a déclaré Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots (1er syndicat du groupe), à l'issue d'une réunion intersyndicale.

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé lundi son intention de réformer la SNCF "avant l'été" avec des ordonnances et en supprimant le statut de cheminot pour les nouveaux embauchés.

"On a convenu de se réunir après la présentation du projet de loi d'habilitation des ordonnances, qui devrait tomber le 14 mars", afin d'examiner "le contenu" de ce texte, a expliqué à l'AFP Roger Dillenseger de l'Unsa (2e syndicat). "On a fait un travail entre organisations syndicales pour sortir une position unitaire responsable. On s'est engagé à entrer en concertation avec le ministère" des Transports, a-t-il ajouté.

M. Brun a précisé que la manifestation prévue le 22 mars par la CGT, avec l'Unsa et SUD-Rail, était "maintenue". La CFDT décidera "la semaine prochaine" si elle les rejoint, a indiqué Olivier Boissou, l'un de ses représentants. SUD-Rail s'est dit "plutôt satisfait de la teneur des débats".

Une concertation sur différents pans de la réforme est prévue en mars et avril par le gouvernement. Elle devra notamment "identifier" les contraintes des métiers du rail, selon la ministre des Transports, Élisabeth Borne, qui recevra jeudi les quatre syndicats représentatifs de la SNCF, lors de rendez-vous séparés.

"Nous avons constaté que toutes nos critiques sur le rapport Spinetta (publié le 15 février, ndlr) ont été balayées par le gouvernement, rien n'a été retenu. Si on est dans cette situation de dialogue-là, on n'est pas dans le dialogue, on est dans la confrontation et donc on assumera la confrontation", a prévenu M. Brun.

"Tant qu'on n'est pas dans une négociation des contenus, on est dans la confrontation", a-t-il insisté.

- 'Une grève reconductible et dure' -

"Si ça ne bouge pas" d'ici au 15 mars, "un préavis de grève sera déposé et ce sera une grève reconductible et dure", a dit à l'AFP Didier Aubert de la CFDT. Les quatre syndicats vont "envoyer demain (mercredi) un courrier au Premier ministre et à la ministre des Transports", où ils diront que "le statut des cheminots n'est pas le sujet de la réforme", a-t-il ajouté.

"En prévision" d'un éventuel mouvement social, les syndicats vont déposer "dès demain (mercredi) soir une alerte sociale" nécessaire avant tout préavis de grève à la SNCF, a indiqué M. Brun.

Avant leur réunion, les syndicats avaient dénoncé "un passage en force" du gouvernement. La CGT envisageait "un mois de grève" pour le "faire plier". La CFDT proposait une "grève reconductible à partir du 14 mars". L'Unsa optait aussi pour une grève, que SUD-Rail voulait "dure".

"Personne n'a intérêt à un conflit long qui affaiblirait le train au moment où il redécolle", a déclaré à l'AFP le patron de la SNCF, Guillaume Pepy.

Si le groupe ferroviaire a présenté mardi de "bons résultats" pour 2017 -1,33 milliard d'euros de bénéfice net, gonflé par d'importantes déductions fiscales, avec une forte hausse de la fréquentation-, un conflit social long "casserait cette dynamique de conquête", a-t-il jugé.

"Je ne vais pas au conflit (...) Je dis simplement que nous devons avancer", avait assuré lundi le Premier ministre. "Face à ses concurrents, la SNCF ne peut pas rester la seule à recruter au statut", avait-il justifié, alors que le transport ferroviaire intérieur de voyageurs (TER, Intercités et TGV) doit être ouvert à la concurrence au plus tard fin 2023.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, un désillusionné à la quête de sa VIe République
PORTRAIT CRACHE - De l'UNEF à la fondation de La France Insoumise, le chemin politique de Jean-Luc Mélenchon est un véritable tourbillon de dissidences, de réactions ...
18 mai 2024 - 16:30
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.