Télétravail : les recommandations des partenaires sociaux au gouvernement

Auteur:
 
Par AFP
Publié le 07 juin 2017 - 13:43
Image
Les organisations patronales et syndicales approuvent une série de recommandations sur le télétravai
Crédits
© Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
Les organisations patronales et syndicales approuvent une série de recommandations sur le télétravail.
© Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

Les organisations patronales et syndicales ont approuvé mercredi une série de recommandations sur le télétravail, destinés à la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

Mené dans le cadre de la concertation prévue par la loi El Khomri, ce travail devait aboutir à un guide de bonnes pratiques destiné aux entreprises mais les partenaires sociaux ont préféré accoucher d'un "rapport conjoint" pour moderniser le cadre du télétravail planté en 2005 par un accord interprofessionnel.

Approuvé par l'ensemble des syndicats (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC et CFTC) et des organisations patronales (Medef, CPME et U2P), le texte dresse un état des lieux du télétravail, à la fois "plébiscité" par ceux qui le pratiquent mais encore "peu développé" dans un cadre officiel.

Selon les sources, le taux de télétravailleur varie de 2% à 6% pour le télétravail encadré par un avenant au contrat de travail "mais il est probablement de l'ordre de 16 à 20% pour le télétravail informel", selon le rapport.

Pour accompagner le développement du travail à distance, les partenaires sociaux suggèrent de "clarifier des points juridiques" et d'"ouvrir une réflexion" sur des sujets "importants" comme "la charge de travail", qui reste "difficile à mesurer", "la protection des données personnelles" ou "la déconnexion".

En matière de "clarification", ils recommandent notamment de formaliser le télétravail occasionnel par un accord d'entreprise ou un avenant au contrat de travail pour lever "tout risque d’ambiguïté" en cas d'accident de travail.

Sur la question de la prise en charge des coûts par l'employeur, ils estiment que l'évaluation "au réel", retenue par l'Urssaf, "n'est plus en cohérence avec la réalité de la vie des entreprises" et suggèrent une "base forfaitaire" pour "sécuriser les entreprises et simplifier la gestion".

Ils soulignent aussi qu'il est "difficile, en pratique, d'appliquer au domicile" les dispositions du Code du travail applicables au lieu de travail pour "garantir la santé et la sécurité du travailleur", et proposent des "solutions pragmatiques", comme une attestation sur l'honneur du salarié de la conformité de son logement.

Selon Hervé Garnier (CFDT), la ministre du Travail pourrait "intégrer certaines recommandations dans les ordonnances" annoncées pour réformer le droit du travail.

Indépendamment de cette hypothèse, tous les syndicats ont souhaité l'ouverture d'une négociation sur ce thème ou plus généralement sur les évolutions du travail liées au numérique, la CGT estimant qu'il y avait "encore beaucoup à faire".

"N'attendons pas que le gouvernement prenne deux ou trois mesurettes à sa sauce par ordonnances pour négocier", a demandé Pascal Pavajeau (FO). La CFE-CGC a notamment souhaité "travailler sur l'intensité de la charge de travail".

Mais pour le représentant du Medef, Pierre Berreti, une négociation n'est "pas indispensable", la concertation ayant "permis de résoudre les points en suspens".

"Si c'est pour remettre de la complexité, non", a aussi estimé Jean-Michel Pottier (CPME), refusant "une législation contraignante qui empêcherait" le télétravail occasionnel.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.