Procès de l'altermondialiste Vicenzo Vecchi : le droit européen prime-t-il sur le droit français ?

Auteur:
 
Renaud LAVERGNE - Lyon
Publié le 24 février 2023 - 22:20
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Le militant altermondialiste italien Vincenzo Vecchi arrive au palais de justice de Lyon, le 24
Crédits
AFP - OLIVIER CHASSIGNOLE
Le militant altermondialiste italien Vincenzo Vecchi arrive au palais de justice de Lyon, le 24 février 2023
AFP - OLIVIER CHASSIGNOLE

JUSTICE - Le droit européen doit-il s'imposer systématiquement au droit français ? L'audience vendredi à Lyon sur le sort du militant altermondialiste Vincenzo Vecchi, réclamé par l'Italie après sa lourde condamnation pour violences lors du G8 de Gênes en 2001, a mis en lumière deux approches opposées sur ce dossier sensible.

Pour l'avocat général près la cour d'appel, David Aumonier, pas d'hésitation: "la primauté du droit communautaire" s'impose, et la décision récente de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) "s'applique". Il soutiendra par conséquent "toujours avec force et vigueur la remise de M. Vecchi" aux autorités italiennes.

"Résister"

L'un des deux conseils du militant italien, Catherine Glon, a, elle, privilégié une lecture "radicalement différente": il appartient aux juges du fond de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Lyon de "décider du droit" et de "résister" à la CJUE.

Dans un avis du 14 juillet 2022, cette dernière, sollicitée par la Cour de cassation, avait en effet donné une nouvelle tournure aux débats, déjà menés devant les cours d'appel de Rennes et d'Angers, estimant qu'il n'était pas exigé de "correspondance parfaite" entre les droits italien et français pour que soit validé le mandat d'arrêt européen émis par Rome en 2016 à l'encontre de M. Vecchi.

Comparaissant libre à l'audience vendredi, avant laquelle environ 120 personnes lui avait apporté son soutien, M. Vecchi, 49 ans, a été condamné définitivement en Italie à 10 ans de prison pour des faits de violence lors des manifestations anti-G8 à Gênes en juillet 2001.

Pour justifier cette lourde peine, la justice italienne a recouru au délit de "dévastation et pillage", instauré sous Mussolini, mais qui n'a aucune équivalence en France. Sauf à remonter à 1830, a expliqué l'autre avocat de M. Vecchi, Maxime Tessier, allant remettre en cours d'audience un exemplaire élimé du code pénal de cette année-là, où la notion de "dévastation" était alors passible de peine de mort.

"Le monde à l'envers"

En Italie, cette incrimination de "dévastation et pillage" permet de condamner pour "complicité" la participation à un trouble majeur à l'ordre public par un simple "concours moral". Autrement dit, la simple présence "à proximité" des lieux de violences suffit aux poursuites, "alors qu'en France on ne peut être responsable que des faits que l'on a commis, c'est un principe fondamental !", a lancé Me Glon. "C'est le monde à l'envers!", a-t-elle appuyé, reprochant à la justice italienne de ne pas "avoir séquencé les faits". 

Mais aux yeux de l'avocat général, "cinq des sept faits reprochés à M. Vecchi sont bien qualifiables en droit français" et la question de la proportionnalité de la peine ne se pose pas. Sont visés notamment la participation à l'assaut d'une banque, la destruction d'une voiture ou encore le vol de planches d'un chantier pour créer une barricade. Ces manifestations avaient été durement réprimés par la police, qui avait tué un jeune homme.

La défense de M. Vecchi a aussi insisté sur la notion de "proportionnalité de la peine", dans une allusion déjà établie jeudi par l'ancienne magistrate et députée européenne Eva Joly. En soutien à M. Vecchi, elle avait ainsi rappelé que, lors du saccage de l'Arc de Triomphe par les Gilets jaunes, la condamnation la plus lourde a été de huit mois avec sursis.

"Choix moral"

Autre argument avancé : l'atteinte disproportionné à la vie privée et familiale de M. Vecchi. Salarié et associé - "c'est dire son implication" - dans une coopérative de maison à ossature bois et paille du Morbihan, il est "enraciné". "Il a reconstruit sa vie", dans une famille "recomposée, certes, mais dans une famille", est impliquée dans la vie associative, a fait valoir Me Tessier.

Et d'évoquer le cas récent d'anciens militants italiens réclamés par l'Italie pour des faits de terrorisme lors des "années de plomb", demande que la chambre de l'instruction de Paris a rejetée en juin 2022 précisément "au nom du respect du droit à la vie privée et familiale". Et dans cette affaire, "on parle de meurtres...". "Vous avez un choix moral à faire. Je ne voudrais pas être à votre place. J'ai toujours assumé ce que j'ai fait, je suis fier de moi", a conclu M. Vecchi à l'adresse de la cour. Délibéré le 24 mars.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.