Les experts de l'ONU exhortent la France à protéger les enfants contre l'inceste et les abus sexuels

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 20 janvier 2024 - 19:05
Image
Haut-Commissariat ONU Inceste France
Crédits
Elodie Le Maou / AFP
"La France a fait peu de cas des principes de précaution et de l'intérêt supérieur de l'enfant", notent les experts de l'ONU.
Elodie Le Maou / AFP

Un mois après le remplacement du juge Durand à la tête de la CIIVISE (Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants), l’éviction de sa directrice générale Nathalie Mathieu, et la démission d’Arnaud Gallais et dix autres membres de la commission, qui pointaient les mensonges de la secrétaire d’Etat chargée de l’Enfance Charlotte Caubel, les experts de l’ONU ont, ce vendredi 19 janvier, exhorté la France à protéger les enfants contre l’inceste et toutes les formes d’abus sexuels.

Une interpellation qui interroge sur la position de la France sur ce sujet, et qui semble, jour après jour, révéler une face cachée peu flatteuse de notre pays des droits de l’homme.

Ci-dessous, le communiqué publié par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme des Nations unies : 

GENÈVE (19 janvier 2024) - La France doit agir de toute urgence pour protéger les enfants des abus sexuels au sein de la famille et s'attaquer aux traitements discriminatoires et aux violences subies par les mères qui tentent de protéger leurs enfants de la prédation sexuelle, ont déclaré aujourd'hui des experts de l'ONU*.

"Malgré des allégations crédibles d'abus sexuels et de violences incestueuses sur des enfants par leur père, la France a fait peu de cas des principes de précaution et de l'intérêt supérieur de l'enfant, et a autorisé la maltraitance de leurs mères", ont déclaré les experts.

Cette déclaration fait suite à une communication basée sur des allégations de violations des droits de l'homme à l'encontre d'enfants et de leurs mères qui ont cherché à les protéger contre des abus sexuels incestueux.

Les experts ont constaté que, selon les allégations, les enfants sont victimes d'abus sexuels ou courent un risque élevé d'abus sexuels de la part de leurs pères ou d'auteurs présumés contre lesquels il existe des preuves crédibles et troublantes d'abus sexuels incestueux.

"Malgré ces allégations, et en l'absence d'enquête adéquate, ces enfants sont placés sous la garde des pères contre lesquels les allégations sont faites, et les mères sont sanctionnées pour enlèvement d'enfant pour avoir essayé de protéger leurs enfants", ont-ils déclaré.

"Alors que la France a répondu à ces allégations, les enfants concernés restent sous la garde des auteurs présumés", ont déclaré les experts. "Nous sommes particulièrement préoccupés par la manière dont le tribunal des affaires familiales a permis à l'auteur présumé d'accuser la mère d'aliénation parentale afin de miner les allégations d'abus sexuels sur les enfants et détourner l'attention des abus présumés auxquels ils soumettent leurs partenaires et leurs enfants."

Ils ont exhorté les autorités à respecter le "principe de précaution" et le "principe de diligence raisonnable" en matière de protection de l'enfance, en particulier pendant les procédures judiciaires, afin de permettre une approche préventive dans les cas d'incertitude et de complexité.

"L'opinion de l'enfant doit être recherchée et respectée, et l'intérêt supérieur de l'enfant doit être la considération première avant que les décisions de garde ne soient prises en faveur de l'un des parents", ont-ils déclaré.

"Il est essentiel de sensibiliser les responsables de l'application de la loi et de la justice et de renforcer leur capacité à surveiller et à traiter efficacement les violations des droits de l'homme dont sont victimes ces enfants et leurs mères", ont-ils déclaré.

"Des mesures urgentes doivent être prises pour remédier à la situation pénible dans laquelle les enfants et leurs mères sont affectés par l'absence de prise en compte adéquate de leurs besoins", ont déclaré les experts.

Les experts ont suivi avec intérêt les travaux de la Commission indépendante sur l'inceste et les abus sexuels sur mineurs (CIVIISE), dont les conclusions confirment les préoccupations exprimées dans leur communication à la France. Ils ont exhorté la France à mettre en place un système de traitement des plaintes efficace et adapté aux enfants, ainsi qu'un mécanisme d'enquête performant pour traiter les plaintes des victimes de toutes les formes d'abus, afin de garantir des solutions correctives durables.

"Ces efforts, y compris dans les cas de divorce et de garde d'enfants, sont essentiels et devraient aller de pair avec une coordination efficace entre les organismes chargés de l'application de la loi et les autres prestataires de services, en gardant l'intérêt supérieur de l'enfant au centre de toutes les procédures ou décisions affectant ou concernant les enfants", ont-ils déclaré.

Les experts ont demandé un renforcement du soutien et de refuges sûrs pour les victimes et les survivants d'abus et de violences, ainsi que de services de santé complets, de conseils et de services juridiques gratuits, accessibles et abordables.

Ils ont rappelé que la France, en tant que partie à la Convention relative aux droits de l'enfant, au protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, et à la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, doit s'acquitter des obligations qui lui incombent en vertu de ces instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme.

"La France doit mener une enquête efficace sur l'allégation criminelle d'abus sexuel sur les enfants cités dans l'allégation et sur d'autres personnes, afin de garantir l'obligation de rendre des comptes et d'accorder réparation aux victimes et aux survivants", ont déclaré les experts.

*Les experts : Mme Mama Fatima Singhateh, rapporteuse spéciale sur la vente d'enfants, l'exploitation sexuelle d'enfats et les abus sexuels sur enfants ; Mme Reem Alsalem, rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes et les filles, ses causes et ses conséquences, Mme Dorothy Estrada Tanck (présidente), Mme Claudia FloresMme Ivana Krstić, Mme Haina Lu, et Mme Laura Nyirinkindi (groupe de travail sur la discrimination à l'égard des femmes). 

Les rapporteurs spéciaux et les groupes de travail font partie des procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Les procédures spéciales, le plus grand groupe d'experts indépendants du système des droits de l'homme des Nations unies, est le nom général des mécanismes indépendants d'établissement des faits et de suivi du Conseil. Les titulaires de mandat au titre des procédures spéciales sont des experts indépendants en matière de droits de l'homme nommés par le Conseil des droits de l'homme pour s'occuper soit de situations nationales spécifiques, soit de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Ils ne font pas partie du personnel des Nations unies et sont indépendants de tout gouvernement ou organisation. Ils travaillent à titre individuel et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail.

À LIRE AUSSI

Image
Violences sexuelles réponse France ONU
Violences sexuelles sur mineurs : l’ONU déçue par la réponse du gouvernement français
FRANCE - Ce jeudi 19 octobre, se tient à Genève une conférence de presse et d’information intitulée : “Violences sexuelles faites aux enfants, pédocriminalité, et leur...
19 octobre 2023 - 16:17
Politique
Image
enfant
Protection de l'enfance : la France silencieuse face aux accusations de l'ONU
Sans réponse du gouvernement français, l’ONU rend publiques ses préoccupations quant au non-respect par la France de ses obligations concernant la protection des enfan...
05 octobre 2023 - 18:22
Politique
Image
lobby pedocriminel partie 2
Lobby pédocriminel (partie 2) - Un mouvement très actif en France
SOCIETE - Un lobby pédocriminel s’organise à l’échelle internationale (voir notre article de la semaine dernière), qui réclame notamment la dépénalisation des rapports...
09 octobre 2023 - 13:10
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.