Nouveau bac : le choix des maths, une délicate équation

Auteur:
 
Par Isabelle TOURNÉ - Paris (AFP)
Publié le 07 février 2019 - 16:23
Image
Près de 720.000 candidats, collégiens pour la plupart, ont été admis au brevet en 2017, soit un taux
Crédits
© Martin BUREAU / AFP/Archives
Les mathématiques disparaissent du tronc commun et deviennent une spécialité au niveau particulièrement exigeant
© Martin BUREAU / AFP/Archives

Prendre ou ne pas prendre les mathématiques en Première ? C'est le choix, parfois cornélien, que vont bientôt devoir faire les élèves de Seconde puisque cette discipline disparaît du tronc commun et devient une spécialité au niveau particulièrement exigeant.

La réforme du lycée doit entrer en vigueur à la rentrée prochaine pour les élèves de Première. Elle supprime les filières (Littéraire, Economique et Social et Scientifique), remplacées par un choix de trois spécialités.

Les élèves de Seconde devront établir dans quelques jours une première liste de spécialités parmi celles offertes par leur établissement, avant un choix final au mois de juin.

En janvier, lors d'une réunion d'information des parents au lycée Sophie-Germain à Paris, beaucoup ont découvert, parfois avec stupeur, que les maths ne feraient plus partie l'an prochain des matières enseignées à tous.

Une "nouveauté" censée permettre d'élever le niveau des élèves qui choisiront la spécialité mathématiques, a expliqué la proviseure, suscitant un flot de questionnements: "quels seront les attendus des facs de sciences économiques sur les mathématiques?", "est-ce que mon enfant pourra choisir l'option maths complémentaires en Terminale s'il n'a pas suivi la spécialité maths en Première ?"...

"Est-ce que ne pas choisir les maths peut fermer des portes ?", interrogeait cette fois une élève de Seconde, lors d'une réunion organisée il y a quelques jours au lycée parisien Montaigne.

Les maths ne disparaissent pas totalement du tronc commun, fait valoir le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer. Un "enseignement scientifique" sera dispensé, à raison de deux heures par semaines, à tous les élèves de la voie générale.

Mais pour Alice Ernoult, présidente de l'Association des professeurs de mathématiques de l'enseignement public (APMEP), il ne s'agit pas de maths en tant que tel: "des outils scientifiques seront simplement mis au service de sciences expérimentales".

En raison d'une pénurie de profs de maths depuis plusieurs années, la discipline devrait d'ailleurs être enseignée majoritairement par des professeurs de physique ou de SVT.

- "Tout ou rien" -

Pour poursuivre les mathématiques en Première, il faudra donc choisir cette discipline en spécialité (les élèves prennent trois spécialités en Première, ramenées à deux en Terminale). Or les nouveaux programmes, appliqués l'an prochain, s'annoncent particulièrement exigeants pour cette matière, et prévoient l'apprentissage d'un grand nombre de notions.

"On reconnaît dans ces programmes le niveau de l'actuelle Première S, plutôt un peu renforcé", décrypte Alice Ernoult. Pour les mathématiques, ce sera donc "tout ou rien à partir de l'an prochain", regrette-t-elle.

A l'inverse, le député LREM Cédric Villani, co-auteur l'an dernier d'un rapport sur l'enseignement des mathématiques en France, lit dans la réforme un net progrès: "il s'agit d'apporter plus de maths à ceux qui en ont besoin, sous une forme plus développée, et moins à ceux qui en ont le moins besoin, sous une forme plus adaptée".

L'objectif, selon le mathématicien: "casser le carcan de la filière S", considérée jusqu'ici comme la voie élitiste, "pour arriver à des parcours plus personnalisés". Et pour ceux qui veulent approfondir les maths, l'apparition de la spécialité numérique est une belle opportunité, insiste-t-il.

Mais pour des élèves se destinant plutôt à des études de sciences sociales, d'économie ou de sciences politiques, le choix pourrait s’avérer cornélien. "Faudra-t-il choisir des maths, dont le niveau sera sans doute supérieur à leurs besoins futurs, ou bien s'en passer complètement ?", interroge Martin Andler, vice-président de l'association Animath, qui promeut cette discipline auprès des jeunes.

Les facs n'ont pas toutes annoncé leurs prérequis et il y a fort à parier que de nombreux élèves, souvent poussés par leurs parents, n'oseront pas abandonner l'an prochain cette matière en Première.

Un choix qui pourrait cependant s'avérer risqué. "S'il la conservent en Terminale, les élèves seront évalués pour le bac dans cette spécialité", rappelle Philippe Vincent, secrétaire général du SNPDEN, principal syndicat des chefs d'établissement. Or "il s'agit aussi de faire des choix qui permettront d'éviter la gamelle".

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.